Partagez | 
 

 A serious business.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Davy Jones
Maître du Jeu
avatar
Messages : 67
Date d'inscription : 12/07/2013

Feuille de personnage
Puissance: 0
Niveau Réputation: 0
Berrys: 0

MessageSujet: A serious business.   Mar 24 Déc - 15:47

Veille de Noël. Dans le pensionnat Hop-et-aile, aux toits alourdis par la neige et au silence à peine transgressé par les échos festifs du centre-ville situé non loin, tout semble tranquille... Seulement, l'habit ne fait pas le moine, bien au contraire. Quelques petits plaisantins déguisés en Père Noël s'amusent à transgresser l'esprit festif de ceux qui sont obligés de rester au lycée pendant ces vacances. Leurs exactions vont du simple tag jusqu'au saccage de pièces, carrément... Qui sont-ils? Que veulent-ils réellement? Peut-être le découvrirez vous ce soir...

[***]

Dans les couloirs du second étage, un quatuor de choc mène l'enquête. Constitué par Gouki, géant de plus de deux mètres, qui doit son teint hâlé à ses origines indiennes et une balafre à un accident de jardinage, et surveillant dans le lycée tout en préparant en parallèle un master en Biologie. Barry, autre géant dont la majesté de la barbe n'a d'égale que sa stature, est le concierge de l'endroit. Avec eux, Heizen, autre surveillant au sérieux et à la rigueur irréprochables, et Shÿba, un tout jeune surveillant qui semble lui aussi habité par la flamme sacrée de sa tâche. Trouveront-ils quelque chose ce soir...?

Pour rappel, c'est un mini rp donc ne vous sentez pas coupables de ne pas écrire des tartines. S'il faut l'intervention d'un PNJ, elle sera faite, mais nous vous faisons confiance pour vous aiguiller dans une direction correcte. De toute façon, le but, c'est que vous vous amusiez. Pour l'ordre, mettez-vous d'accord entre vous. Bon rp et Joyeuses fêtes sur OPL!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: A serious business.   Mar 24 Déc - 16:39

Pas un pour rattraper l’autre, vraiment. Même en ces périodes de fêtes, censées apporter joie et bonheur, il fallait qu’une bande de crapules se déchaine. Comble de l’ironie – ou nouvelle preuve de leur bassesse – ils commettaient leurs exactions déguisés en pères Noëls ! Les sales gosses !

En apprenant la nouvelle, ni une ni deux, Heizen avait appelé son prof’ de Kendo pour dire qu’il ne serait pas présent au cours de ce soir. Son maître l’avait copieusement traité d’autiste et « d’Otaku », un nouveau nom qu’il avait appris à la télé apparemment, pour lui rappeler qu’il n’avait pas l’intention de faire cours ce soir de toute façon. C’est vrai qu’on était le vingt quatre, au fond… On ne pouvait pas franchement parler « d’esprit de Noël » si on s’envoyait des lattes de bambous en plein crane pendant plusieurs heures.

Toujours est-il que le jeune homme se trouvait au deuxième étage du pensionnat, sans son boken ni même un shinai. Pour le coup, il se sentait un peu à poil… Mais qu’à cela ne tienne ! Ses seules mains suffiraient à remettre dans le droit chemin les petits sacripants qu’il trouverait sur son passage. Par ailleurs, il était plutôt bien accompagné dans sa tache. Un géant de plus de deux mètres, surveillant tout comme lui, qui répondait au nom de Gouki. Barry, Bartholomew de son vrai nom, le concierge de l’établissement à la somptueuse barbe noire et au gout prononcé pour le rhum. Ainsi qu’un nouveau surveillant, Shÿba, et pour le coup Heizen ne savait pas grand chose sur lui.

Bien que motivé, leur groupe était pour l’instant au point mort. Le jeune homme n’ayant pas de plan précis en tête, il chuchota à l’attention de ses collègues :

– Vous avez une idée pour leur mettre le grappin dessus ? Ça ne me dérange pas d’écumer tout le bâtiment, mais il y a sûrement plus efficace comme méthode.

En attendant leurs réponses, Heizen tendit l’oreille et plissa les yeux, tous sens en alerte, prêt à sauter sur le premier père Noël vicelard qu’ils croiseraient…



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: A serious business.   Mar 24 Déc - 17:00



Joyeux Noël



Des tags, des salles ravagées... Ces vandales, si Barry leur tombait dessus, il leur ferait passer un mauvais quart-d'heure. Le seul problème est qu'il n'avait aucune autorité en lui même, il fallait toujours qu'il aille rapporter les méfaits à des autorités supérieurs, mais ce rôle lui convenait, puisqu'au final il avait toujours le pouvoir de délation, et puis bonne poire on le croyait la plupart du temps. Mais n'empêche, ce bordel, c'est qui qui allait encore tout nettoyer ?
Armé de son balai et de son baladeur audio qui passait "We don't need another Hero" de Tina Turner en boucle, étant donné que les pères noël lui avait cassé dans la nuit, il était passablement de mauvaise humeur. Bon la chanson était pas trop mauvaise mais fallait autre chose quoi. Des chants de noël, non c'était trop cliché, et le barbu lui il voulait autre chose à écouter. Du Roch Voisin bon sang !

Accompagné de l'amical Gouki, un des surveillants avec lequel il s'entendait le plus, ainsi qu'Heizen et un nouveau venu Shyba, ils parcouraient les couloirs afin de trouver les sacripants. Heizen rompit alors le silence, il fallait concocter un plan pour retrouver les fouteurs de merde. CAR OUI C'ETAIT DES FOUTEURS DE MERDE !

"On a qu'à suivre les lieux où on entend du bordel, on entre et on les attrape ! J'vais les balayer ces cons !"

Soudain, un bruit de saccage se fit entendre à l'autre bout du couloir où les 4 héros se trouvaient.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: A serious business.   Mar 24 Déc - 20:57

Pour Noël, on est censés faire la fête, être content, ce genre de choses. Sauf qu'en fait, quand on est surveillant dans une école et que la dite école subit les assauts de quelques jeunes déchaînés qui profitent de la période festive pour dissimuler leurs méfaits, l'humeur est plus à la chasse qu'au festin. Et c'est pour ça que Gouki, toujours consciencieux dans son travail, avait accepté de rester ce soir et de faire la chasse à ces malotrus plutôt que de prendre un congé bien mérité. Et de toute façon, certains avaient dû rester ici pour les vacances. Il fallait donc les surveiller.. Mais Gouki n'allait pas passer sa soirée seul.

Il était avec Bartholomew, Barry de son petit nom, le concierge du lycée et accessoirement un de ses meilleurs amis. Il était l'un des seuls qui rivalisait avec lui lors des concours de bras de fer, avec le professeur Leonhart. Il y avait aussi Heizen, un jeune homme fin mais néanmoins tout ce qu'il y a de plus sérieux, et puis Shÿba, un nouveau qui malgré ses airs je m'en foutiste semblait plutôt sympa. Heizen était plus calme que Barry qui était comme à son habitude partisan d'une solution simple mais efficace. Alors qu'il parlait de bruit, voilà que le bruit venait à eux, comme si une déesse l'avait mis sur leur route!

Prenant les devants (il avait toujours été bon à la course.), le basané courut jusqu'à la source du bruit, ses courts cheveux blancs (défaut de pigmentation, avaient dit les médecins) s'agitant en écho des pans de sa veste de cuir. A la source du bruit, il trouva un élève de deuxième année, le petit Timmy. Le pauvre enfant était maladroit et atteint d'une timidité maladive, aussi il s'était sûrement pris les pieds dans quelque chose et s'était étalé par terre. Avec un sourire avenant, Gouki lui tendit la main.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: A serious business.   Mer 25 Déc - 2:37

" Quoi monsieur ? Trente élèves censés être en retenue qui n'ont pas répondu présent ? Et je n'ai pas fais de rapport ? Z'êtes bien sûr ? Bwouarf... ça s'peut ouais... 'fin j'veux dire j'ai du l'faire mais pas vous l'envoyez !"

Shÿba prenait très à coeur son rôle de surveillant. Nouvellement nommé, il s'efforçait de faire régner une discipline dans ce pensionnat sans queue ni tête. Et beaucoup de boulot l'attendait, aujourd'hui.
Car un affront sans nom allait lui être destiné.
...

Non sérieux, je viens prendre mon billet à la fin du mois et basta.

Cependant, impossible de se défiler aujourd'hui : comme dans Taxi 3, il y a des joyeux pères noëls qui viennent briser les burnes du monde; parce que réveillon oblige. Et alors que je m'esquive en me dirigeant vers le couloir du second étage, je tombe sur, tenez vous bien, le concierge (Rusard, quelque chose du genre ?), Gouki, espèce de mastodonte qui est surveillant depuis quelques temps déjà et Heizen, un gendre idéal. Impossible de me défiler.
Quoique ?

Il y a du bruit par là-bas, si ça se trouve c'est le chaos total et j'aurai donc une chance de m'échapper. Sauf que Gouki Bolt me rattrape et rentre en premier. Il y trouve un jeune garçon, avec une face de pet, qui semble apeuré. Derrière lui, la pièce est tapissée d'une neige épaisse qui refuse de fondre. Je passe lentement mon doigt sur la couche de glace avant de le porter à mon nez. Et sur le sol, de fines particules de je n'sais quoi... mais c'est un truc qui fait glisser.

" Pas de doute, ça vient du trafic des 3e années. En plus des boules puantes et autres conneries, ils ont mis au point une neige collante qui permet de s'accrocher pour faire le mur. Et le truc sur le sol là, c'est eux aussi, pour leurs blagues à la con. J'crois bien que j'vais aller les retrouver, restez-là... z'auront peur sinon..."

Puis, j'ai participé à deux trois transactions... laissez-moi y aller en premier, pour ne jamais revenir. J'ai reçu un message d'ma copine, elle veut m'voir, on va enfin passer à l'action, ça fait 39 ans que j'attends ça...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: A serious business.   Mer 25 Déc - 11:29

À peine avions-nous échafaudé notre plan, simple mais efficace, qu’un bruit semblable à une tonne de meubles que l’on renverse et envoie valser aux quatre vents se fit entendre. Heizen s’élança, pour voir Gouki lui passer devant, aussi rapide que l’éclair. C’était à se demander comment le mastodonte arrivait à courir aussi vite ! Malheureusement, l’auteur du vacarme n’était que le petit Timmy, un élève simplet aux questions aussi nombreuses que les pâquerettes dans un champ. Trouvant quelques détails louches dans la salle, Shyba décida de couvrir plus de terrain en se séparant du groupe pour interroger les troisièmes années. Une bonne idée, après tout. Barry sembla se renfrogner à la vue du saccage de cette nouvelle salle. Après tout, c’était lui qui allait devoir tout remettre en ordre… Heizen le plaignait !

Pour sa part, le jeune homme se retint de questionner le petit Timmy. Ce dernier était encore convaincu que le père Noël existait vraiment, aussi ces blagues de mauvais goût le faisaient tourner en bourrique. Le pauvre ne comprenait pas vraiment pourquoi le bedonnant vieil homme se livrait à de telles farces. Malgré tout, Timmy émit l’hypothèse – sans qu’on lui demande quoi que ce soit – que c’était un coup des lutins ou des méchants gars d’Halloween… entre autres.

Bref, retour au point mort.

Bon, réfléchissons. Ces petits vandales s’amusaient à tout saccager, certes, mais ils utilisaient surtout du matériel provenant de l’extérieur. Heizen en prenait pour preuve toute cette neige artificielle aux murs et au sol, sans parler des tags, des pétards et autres farces « bien équipées ». Outre les troisièmes années que Shÿba était parti interroger de lui-même, le jeune homme connaissait deux autres pensionnaires que tout le personnel soupçonnait fortement de ramener en douce des objets de l’extérieur : Hoichaen et Michaen. Et, comme par hasard, ils avaient été collés il y a peu à cause d’une nième bêtise qui leur avait valu de passer leur réveillon au pensionnat.


– Je pense que je vais aller retrouver les deux fauteurs de troubles de quatrième année qui baignent dans tous les plans louches. Ce ne  sont peut être pas eux les responsables, mais ils auront sûrement des informations intéressantes. Je ne serai pas long.


D’un signe de main, il souhaita bonne chance à ses camarades avant de se diriger vers le dortoir, prêt à en découdre avec les deux petites teignes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: A serious business.   Mer 25 Déc - 20:34



Joyeux Noël



Ils étaient réactifs les bougres, à peine ils entendaient le bruit qu'ils courraient vers la zone de bordel. Et pour pas être à la bourre, il fallait que Barry court lui aussi. Faisant quelques longues enjambées qui le faisait arriver dans les premiers, ils furent rapidement devant la salle...
Bon, c'était simplement un des élèves un peu gauche qui bon, n'était pas méchant, mais à force de tout faire tomber il obligeait souvent le personnel de ménage à nettoyer. Barry lui déléguait la plupart du temps le nettoyage et la plupart du temps il balayait simplement le hall d'entrée et remettait juste les chaises en place. En fait, il faisait pas grand chose le barbu, peut être aidait-il pour bouger les lourdes charges. Car oui, son physique faisait en sorte que rare étaient les élèves qui osait l'embêter. Certains s'étaient même pissé dessus une fois quand il leur avait hurlé dessus car ils avaient balancés des papiers sur le sol. Ce qui faisait encore plus de nettoyage. C'était con un élève.

Mais là il y avait plus important que Timmy, la salle où ils étaient bah... elle était pleine d'un produit étrange ressemblant à de la neige artificiel, et ça collait un peu partout cette merde. Soupire, le géant prit son talkie Walkie et la parole :

"Micheline, va falloir rectifier la salle 304B. Prend une serpillère et un peu de produit. Non on va chopper ces galopins."

Pendant ce temps, Shyba, le nouveau, voulait se grouiller de résoudre l'affaire en prenant les devants et d'aller questionner des troisième année. Et le gamin naif lui pensait que c'était un coup des lutins de noël... Bon, on allait l'ignorer, à son âge croire encore au père noël, c'était fort. Mais, dans le groupe tout le monde semblait avoir une petite idée des fauteurs de trouble.

"Sting et Killuah sont en colle actuellement, donc on peut déjà les éliminer de la liste. Heizen... Tu penses à Hoichaen et Michaen ? Ils sont prévenu, s'ils foutent encore du bordel, ils vont m'avoir sur le dos pendant une semaine les obligeant à récurer les chiottes du deuxième, celle qui sont bouchés depuis l'indigestion du directeur."

Voyant son interlocuteur partir, le concierge remis les quelques tables en place et alla regarder à la fenêtre, puisque personne ne l'avait encore fait. Tien tien, un des malfrats avait fait tombé son bonnet de père noel, avec un peu de chance il y aurait un nom dedans, mais il fallait descendre dans la cours...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: A serious business.   Jeu 26 Déc - 12:16

Pauvre Timmy. Comme d'habitude, il n'était pas très vif là-haut, et le surveillant à la balafre (un accident de rateau il y a quelques années) le plaignait. Vu comme les jeunes d'aujourd'hui étaient mauvais avec leurs semblables, un jeune perdu comme lui devait sérieusement galérer pour les relations sociales. Le basané le releva de sa main puissante, lui tapota le dos et lui dit de se rendre à l'infirmerie où il aurait droit à un chocolat chaud et une clémentine. Le visage du gamin s'illumina, et il partit en trottinant, sans oublier de s'étaler de tout son long dans le couloir, arrachant un nouveau soupir à notre héros. Pendant ce temps, les inspecteurs en herbe progressaient. Shÿba allait voir les troisièmes années, responsables selon lui du carnage dans cette salle. Barry avait délégué le nettoyage à la brave Micheline, une femme d'une cinquantaine d'années, haute et large d'un mètre, à la chevelure rousse frisée et à l'accent très prononché. Heizen allait voir deux quatrièmes années bien connus des services de po... du lycée. Hem.

Voilà donc Gouki et Barry seuls dans la salle. Tandis que le barbu s'affairait à ranger des tables, notre héros faisait les cent pas, se creusant la tête: qui pouvait bien être responsable de ces actes? Des bouffons connus en quête d'un peu plus de reconnaissance, ou bien frustrés de devoir passer Noël ici, ou bien une menace d'un genre nouveau? Quelque chose attira son attention à bas: un bonnet de Père Noël dans la cour intérieure. Et Barry avait vu aussi. Il fallait y aller! Resserrant le col de son manteau, le balafré invita son vis-à-vis à le suivre et se dirigea à pas rapides vers les escaliers de secours. Comme le nom l'indiquait, c'était normalement pour les urgences, mais là, y avait urgence. Se servant du passe-partout (non, pas le nain du Fort Boyard.) du barbu, les deux colosses suivirent l'escalier en spirale et arrivèrent rapidement dans la cour.

Un Noël sans neige, c'était un peu triste, mais pas autant qu'un Noël avec des connards qui foutaient le bordel partout. Fendant la sifflante bise sans faiblir, le basané arriva jusqu'au bonnet, et le ramassa avant de l'observer sous toutes les coutures. Sur l'étiquette, une lettre "M." Était-ce une confirmation de la piste évoquée par Heizen? Sans mot dire, notre héros tendit le bonnet à Barry.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: A serious business.   Jeu 26 Déc - 18:25

Oui oui c'est ça, séparez-vous.

Ma douille a donc fait son effet et je me retrouve bientôt à chasser du 3e année. Ou plutôt à les pister pour éviter que quelqu'un puisse attraper ces petits cons avant moi. Si dans un premier temps je me contente de courir dans tous les sens en espérant tomber sur ces farceurs, je comprends rapidement que quelque chose ne tourne pas rond. Le 3e étage est anormalement calme, c'en est glauque. Je balaye la cour du regard, avant de lever mes yeux vers le toit. Rien à signaler ? Pourtant, une seconde plus tard, je vois le père noël escalader le grillage. En cherchant des gamins, je suis tombé sur les gros chieurs. Et j'ai vraiment pas envie de me casser la tête avec ça quoiiiiiii.
En bon diplomate, je me décide donc à aller lui parler. Le Gang des BarbàNoel doit se calmer!

Et comme tout s'enchaîne dans le bon sens, je tombe sur les farceurs en troisième année.

" Vous avez filé du matos à ces enfoirés qui foutent la merde, restez pas ici, vous feriez mieux d'aller vous planquer. Et surtout, vous ne m'avez jamais vendu d'babioles : ni le coussin péteur du dirlo, ni la tarte au excrément du prof de français. "

Un coup d'pied au cul plus tard et les voilà disparu. Et me voilà en quête du père noël aperçu. Escaladant à mon tour la grille - avec mon agilité c'est plus gracieux - j'aperçois un bordel monstre avec divers fournitures. Certainement de quoi préparer la suite pour nos amis en rouge. Je n'ai qu'à attendre ici... on est bien ici...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: A serious business.   Ven 27 Déc - 10:33

Heizen poussa la porte du dortoir d’une main assurée. Connaissant les deux compères, ils étaient probablement planqués dans un coin de l’immense salle à compter les recettes de leurs méfaits ou à en commettre d’autres. Telle ne fut donc pas sa surprise, à peine le pas de la porte passé, en sentant deux attaques venir de ses flancs. Instinctivement, Heizen effectua un demi-tour. Ce faisant, il attrapa le col des de ses deux attaquants et les projeta l’un contre l’autre. Leurs cranes se rencontrèrent dans un bruit assourdi et, lorsque les deux assaillants tombèrent à terre, il en profita pour allumer la lumière. Il ne fut pas déçu.


– En plus de trafic interne, vous vous attaquez aux surveillants maintenant ?
– Ah ! Hoikaen, c’est le fou de Kendo !
– On est foutu, Michaen ! Il va nous tuer !
– Comme si j’en avais le droit. Par contre, vous coller des heures et des heures de plus pour m’avoir attaqué avec une flute et une règle, ça relève bien plus de mes fonctions…


À ces mots, les deux frères bruns aux nez retroussés écarquillèrent leurs yeux marron. Ils s’écrièrent en concert :


– C’est un malentendu !
– Clair ! On pensait que t’étais un des pères Noëls !
– Alors on s’est dit…
– Vu qu’ils sont mauvais pour les affaires…
– Capturons-les !


Heizen en resta interdit. Ces deux là étaient des idiots finis, incapable de lui mentir, même si l’idée leur venait par on ne sait quel miracle. Les sales vandales n’étaient donc pas approvisionnés par eux deux… Il éteignit la lumière et les emmena hors du dortoir. Il lui fallait tout de même quelques renseignements !


– Vous savez quelque chose sur eux ?
– Même si c’était le cas on dirait rien, Heizen !
– Ouais, on n’est pas des mouchards, Heizen !
– « Heizen-san »... Et c’est bien dommage que vous n’en soyez pas, car attaquer un surveillant ça va chercher dans les… oula… vingt heures de colle, au moins ! Peut être même serait-ce une raison suffisante pour vous obliger à prêter main forte à notre concierge Barry, afin de remettre en ordre tout ce bazar…
– HEIN ?!


Les deux frangins se regardèrent, affolés, puis semblèrent prendre une décision commune :


– On dira rien…
– Mais y’a bien un mec qui pourrait savoir !
– Très bien. Qui est-ce ? demanda Heizen sans perdre patience.
– Nous, on l’appelle la fouine, donc on n’sait pas vraiment son nom, en fait…
– P’être même qu’il s’appelle vraiment comme ça, en fait…
– À quoi il ressemble ? tenta le jeune homme.
– C’est un gars de deuxième année, assez petit, les cheveux roux et frisés…
– Une tête un peu aplatie et des petits yeux de fouines…
– Il se tient toujours légèrement courbé et se planque un peu partout pour espionner !
– Pour ça qu’on l’appelle la fouine ! La dernière fois qu’on l’a vu, il était dans la cour et allait vers la clôture Nord.


Après un court temps de réflexion, le surveillant estima que cela lui suffirait. Il reprit donc d'une voix autoritaire :


– Très bien. Retournez vous coucher et que je ne vous reprenne pas à attaquer un surveillant, même par erreur.
– Pas de soucis, Heizen !
– On le fera plus, Heizen !


Les deux frères s’empressèrent de retourner dans le dortoir et refermèrent la porte derrière eux. Le couloir redevint calme en un instant. Le jeune homme soupira et brisa le silence, tout seul dans la pénombre :


– « Heizen-san », je vous dis…


Bref, apparemment la suite de l’affaire se déroulait dans la cour. Vu la description de l’élève de deuxième année, Heizen avait reconnu Wrandall J. Weems. Et, effectivement, c’était bien ce qu’on appelait « une fouine »…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: A serious business.   Dim 29 Déc - 18:25



Joyeux Noël


Et les deux géants étaient partis pour aller chercher le bonnet laissé tombé dans la cour. Il fallait vraiment être maladroit pour faire tomber une partie de son costume lorsque l'on faisait un méfait. Mais bon, pour les petits cons, ils pouvaient s'affirmer chanceux de pas avoir le FBI aux trousses, car là les deux membres du personnel de l'établissement n'avaient pas de quoi vérifier l'ADN des cheveux qu'ils trouveraient là dedans.
Partant en courant vers les escaliers, le barbu se servit de son passe-partout, une chose très pratique, pour aller le plus vite possible dans la cour.

Quand Gouki prit le bonnet, le baladeur du concierge qui était en écoute libre depuis un petit moment, changea enfin de chanson. Who are You, de The Who... Bon, on était dans le thème des experts, c'est déjà pas mal. Le destin les aidait peut être.
Un M sur le couvre chef faisait penser à Michaen... Ou bien, Malzahar, Méfistophélès ou encore tout autre nom commençant par M.

Que d'intrigue, que d'intrigue... On allait où du coup maintenant, car bon, à part les traces de pas dans la neige, il y avait pas trop de traces à suivre. Ah si, d'autres traces, cachées par un balai par un tierce individu... Qui tentait tant bien que mal de se cacher derrière un buisson. Un élève que le concierge avait déjà vu plusieurs fois, avec sa tête de fouine, celui-ci s'afférait à être partout pour tout savoir. Il n'avait rien de méchant, mais il était toujours partout à espionner. Paraît qu'il voulait devenir journaliste... Va savoir. Se dirigeant vers lui, le géant s'écria :

"Hey toi là ! Tu sais qui sont ces clowns ?"

"C'est des pères noël m'sieur !"

"Ouais, et moi je suis le père fouettard, donc fait gaffe si tu réponds pas."

"Hum... Ils étaient cinq, mais je n'ai pas vu leurs visages. Mais c'est toujours possible qu'il y en ait d'autres ailleurs. D'après ce que j'ai vu ils ont laissés pas mal de surprises à ceux les poursuivants."

"Okay, merci ! Maintenant... si tu rentres, t'évites de dégueulasser le hall, t'as rien à foutre dehors à cette heure !"

Prenant les devants, Barry poursuivit les traces de pas mais glissa lamentablement sur une plaque gelée, en finissant sa course en cognant un portail d'où tomba un pot de peinture rouge, plein... C'était donc ça les surprises. Désormais, le barbu voyait tout rouge.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: A serious business.   Lun 30 Déc - 10:37

Heureusement pour nos deux Sherlock Holmes en herbe, le destin était avec eux. Même si le bonnet ne leur permettait pas de savoir qui était coupable, ils avaient en revanche un témoin potentiel sous la main. Le petit Wrandall. Lui, pendant la guerre, il aurait certainement collaboré, et appliquait chaque jour la maxime "Le savoir, c'est le pouvoir". C'est pourquoi personne ne l'embêtait, malgré son aspect clownesque. Il savait tant et tant de choses sur les autres qu'il était virtuellement immunisé à toutes les menaces possibles. On disait d'ailleurs que seule la Présidente du Conseil des Élèves en savait plus que lui. Et être second après elle était loin d'être dégueulasse, comme fait d'arme. Seulement, Barry ne le craignait pas. Le géant, par son statut de concierge, semblait être immunisé à toutes les menaces lui aussi. Au contraire d'autres, il faisait simplement son métier et ne cherchait pas à sortir du lot à tout prix. Sans doute ce qui le rendait si "fort". C'est pourquoi le barbu réussit à extirper les infos à La Fouine (non, pas le rappeur.)

Cinq Pères Noël hein, avec peut-être d'autres ailleurs. Se lançant à la poursuite des traces de pas, la progression du duo heurta une halte en même temps que Barry un portail, qui déversa sur lui un flot ininterrompu de peinture rouge. Il fallait faire quelque chose pour son état. Sortant un mouchoir de sa poche, Gouki lui essuya les yeux du mieux qu'il put, puis lui donna le conseil suivant:


- Tu devrais aller prendre une douche, Barry. Être recouvert de peinture n'est pas très amusant. Sur le chemin, contacte Heizen et Shÿba et envoie-les me rejoindre. Je continue à suivre la piste.

En effet, après ce portail, se trouvait une plus petite cour, avec notamment la remise. Là-bas étaient entreposées moult choses, depuis les affaires de sport jusqu'aux divers outils nécessaires à l'entretien. Et vu que le personnel d'entretien était en présence réduite en cette période hivernale, de même que les élèves qui faisaient du sport, les va et vient dans ce réduit étaient réduits, et il constituait de fait la cachette idéale pour le matériel des Pères Noël. Aussi Gouki pressa le pas jusque là-bas, faisant attention à éviter le verglas et autres trucs à l'aspect louche. Il y arriva sans trop de casse, et ouvrit lentement la porte, qui s'exécuta en grinçant. Alors qu'il s'avançait, tâtonnant pour trouver la lumière, un bruit derrière lui attira son attention, et il se retourna juste à temps pour bloquer un coup de batte de base-ball avec ses bras croisés. Son attaquant était... un Père Noël! Son visage était masqué, et son bonnet semblait avoir traîné par terre. Ni une ni deux, il passa de nouveau à l'attaque, et Gouki évita de justesse la batte. Ces marmots étaient dangereux, aussi il était temps qu'il rentabilise ses cours de self-défense.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: A serious business.   Mar 7 Jan - 17:39

De mon perchoir, j'apercevais tous les mouvements de la cour et d'entrée ou sortie dans l'établissement. Non loin de là, deux têtes effrayantes apparaissent : Gouki et Barry. Si ils lèvent la tête, qu'ils se concentrent et qu'ils regardent au bon endroit, je risque d'être grillé en train de glander !
Soudain, j'aperçois Barry effectuer des mouvements bizarres, le genre loufoque, le genre cartoons. Deux, trois clignements d'z'yeux plus tard, il était les fers en l'air, rempli de peinture. Non loin de là, deux petits gars (plus vous êtes haut, plus les gens sont petits... vous suivez?) s'agitent dans un buisson...
Et si vous avez eu des idées bizarres, vous êtes vraiment sale.
Ils s'agitent car ils rient de la face de Barry, toute rouge. Et j'avoue que rien qu'imaginer son visage, enragé, je ris. C'est le concierge dans toute sa splendeur. Ils s'en vont alors, vers une destination inconnue.

Une idée de génie me traverse alors l'esprit ! C'est maléfique, c'est gratuit, mais j'vous l'ai dis, voir son visage enragé me fait envie. Avec le matos présent ici, on peut aisément concevoir une fusée à eau, l'arme ultime anti-concierge, l'arme antique, tout ce que vous voulez. Gouki s'en va et j'attrape cette opportunité pour envoyer une jolie fusée en direction du concierge. Dans le même temps, je démontre mes talents de cascadeur de folie en sautant d'un ou deux mètres, m'éclatant l'pied en passant. Après une bonne descente dans les escaliers, je finis ma cavale au rez-de-chaussée, non loin de Barry.

" Alors, ça avance de votre côté ?!! "
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: A serious business.   Mer 8 Jan - 15:51

Lors de sa descente en direction de la cour, Heizen aperçut plusieurs silhouettes mobiles. Il reconnu rapidement Barry et Gouki, mais il cru discerner d’autres mouvements suspects, sans arriver à déterminer de qui il s’agissait. Le concierge et son collège avaient surement découvert une piste, au fin fond de la cour de l’école. Il n’avait pas vu Shÿba, mais sans doute était-il lui aussi en pleine investigation dans cette zone. Le jeune homme pressa le pas et rejoignit le fond de la cour au pas de course. En y réfléchissant bien, il se rappela que la réserve du pensionnat se trouvait dans cette zone, après un portail grand ouvert…

« Les petits salopiauds, je suis sûr qu’ils ont caché leurs munitions là dedans ! », s’exclama Heizen en pensée.

Il traversa le porche en esquivant une énorme flaque de peinture rouge. Le surveillant reconnu sans mal la patte de ces maudits pères Noël tapageurs. Craignant d’autres surprises du genre, il avança à pas comptés. Soudain, il aperçut Barry et, au même instant, vit avec horreur une fusée voler droit vers lui. Heizen essaya bien de le prévenir, mais s’étala à cause du verglas. D’une pirouette il réussit à amortir sa chute, mais entendit un sombre déclic lorsqu’il buta contre un fil tendu en plein milieu du passage. Sans crier gare, une flopée de casseroles lui foncèrent dessus et il s’en reçu une bonne partie sur la tête. Il se rétablit sur ses deux pieds de son mieux, avec comme l’impression que son crane était devenu une caisse de résonnance. La douleur le lançait à grand coups de marteaux lorsqu’il aperçut Shÿba sortir de nulle part. Ce dernier s’approcha le plus rapidement qu’il put et leur demanda d’un air guilleret comment ils s’en sortaient.

– Pour les autres, je ne sais pas, mais si je tombe sur ces p’tits cons je ne peux pas jurer qu’ils s’en sortent entiers !

C’est alors qu’Heizen finit par entendre les bruits d’une lutte, à l’intérieur de la remise.

– C’est pas fini ! s’exclama-t-il. Y’a du grabuge à l’intérieur !

Sans attendre la réaction des deux autres, il s’élança vers la porte avec la ferme intention de tailler des oreilles en pointe à certains garnements !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: A serious business.   Jeu 9 Jan - 15:35



Bonne Année, Noël est passé.


Rouge de colère, enfin surtout de peinture vue la masse qu'il avait reçu dans la tronche, le barbu n'était pas fier, surtout qu'il avait un peu le cul dans la neige et que, ma foi, ses boules se les gelaient. Les petits cons, s'il les choppait, ils allaient passer un mauvais quart-d'heure qui durerait sûrement plusieurs années. Et oui, les heures de Barry durent longtemps.
Gouki attrapa un mouchoir et vint ressuyer les yeux de Barbe Rouge, et lui lança un conseil, prendre une douche. Oui, c'était une bonne idée, fallait aussi trouver des fringues. Il avait pas vraiment prévu de rechange à la base, donc ça allait être galère à trouver. Se levant tout penaud il vit une fusée à eau passer proche de lui et dans le même temps Shyba tombait, un air si innocent qu'il en avait l'air coupable. Serrer les poings, le concierge le choppa par le col tandis qu'un Heizen maladroit tomba vers eux en se ramassant pas mal de casserole. Il relâcha alors sa proie et répondit :

"C'est étrange que t'arrive en même temps que la fusée, p'tit con ! Et moi si je les choppe... J'ferais en sorte de les inscrire à un concours de boxe et d'être leur adversaire."

Un bruit de lutte se fit alors entendre.

"Allez y, j'vais me changer. Gouki m'a dit qu'il fallait le rejoindre, il doit pas être étranger à ce bruit. Sur ce Salut !"

Prenant son passe partout, le géant se dirigea vers une porte soit disant condamnée, et partit dans un couloir réservé à lui même, le menant à un vestiaire où il entreposait quelques fringues, au cas où. Puis il prit la direction des douches, afin d'être un peu plus propre. Hélas, là aussi il allait tomber sur les galopins. Au moins, il était propre quand le mal arriva. Sortant de la douche ayant pour seul pagne une serviette, le nettoyeur fut dans le noir.Le courant coupé dans la pièce. Bordel, ils se foutent vraiment de lui là.

Sortant dans le couloir il réussit à esquiver des oeufs qu'on lui lançait. Ah, un père noël avec un lance pierre à quelques mètres de lui. Enlevant sa serviette il poursuivit l'oppresseur dans le plus simple appareil, fouettant l'air de l'immense tissu qui recouvrait son corps. De ses grands pas il le rattrapa et le choppa après un magnifique plaquage. Le géant prit sa serviette et baillonna le garçon, après l'avoir assommé. Aucun témoins, il profitait. Bon fallait s'habiller aussi, sinon ça devenait un peu louche cette affaire.

Le concierge était arrivé dans la cours avec son otage, assis sur une chaise. Fumant un cigare, le concierge portait un costume, ressemblant à un mafieux il hurla dans la cours :

"J'ai choppé un de vos petits copains, si vous voulez le récupérer, rendez vous. Sinon je lui brise les genoux."

Tenant une batte de baseball dans les mains, le barbu la faisait tournoyer en rigolant. Il avait aussi ramené une vieille batterie avec des câbles, pour s'amuser....
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: A serious business.   Sam 11 Jan - 11:28

Nouveau coup de batte du Père Noël. Gouki se fendit, esquivant d'un pas sur le côté et il frappa le menton du Père Noël, qui recula un peu sous le choc. Il faut dire que niveau carrure, le grand basané n'était pas exactement une lavette. Profitant de son momentum, il enchaîna par un coup dans le ventre du gamin, puis le jeta au sol d'une balayette bien placée. Une fois ceci fait, il se pencha sur lui, et l'attrapa par le col, avant de le soulever à hauteur de son visage. L'autre toussotait et crachotait, mais à part quelques bleus, il s'en sortirait bien, à son avis. Enfin bon, le surveillant lui arracha son bonnet et sa barbe et ne reconnut pas l'élève. Ou si, il le reconnut, mais avec un temps de latence. Rodolphe. Un p'tit jeunot qui n'était pas connu pour ses frasques. Voilà que l'affaire se compliquait encore! Il était l'un des Père Noël, mais avait-il été embrigadé? Hypnotisé? Lui avait-on proposé de l'argent? Et qui étaient donc derrière ce plan? Tant de questions, que Gouki traduisit à haute voix par un:

- Rodolphe? Mais qu'est-ce que c'est que ce foutoir?

L'autre ne répondit pas, gardant la bouche hermétiquement fermée. Well, il allait falloir le persuader de parler, donc. Gouki commença à suggérer que pour son crime de s'en être pris à un membre de l'équipe du pensionnat, et en plus d'avoir participé à une conspiration à grande échelle visant à semer le trouble dans l'école, il risquait bien de passer entre les mains de la Présidente et du Concierge EN MÊME TEMPS. Le gosse vira au blanc en entendant ça, mais Gouki continuait: après, il serait déféré devant un tribunal pour mineurs et aurait sûrement droit à une grosse amende, ainsi qu'à des travaux d'intérêt général et un séjour en maison de correction. Et là-bas, c'était pas la joie. Mais bon, il pouvait éviter tout ça en parlant. Rodolphe fondit en larmes, puis commença à baragouiner quelque chose qui ressemblait vaguement à des explications:

- Bouh ouh ouh ouh pardon monsieur Gouki, je ne voulais pas, je vous jure, on m'a forcé et...
- On t'a forcé? Qui?
- Bouh ouh ouh ouh, je ne sais pas. Je n'ai pas vu leurs visages et leurs voix étaient modifiées. Mais en tous cas, ils m'ont promis l'immunité et une forte récompense si je les aidais. Ils se faisaient appeler les Cinq Légendes, ou quelque chose du genre... Bouh ouh ouh ouh. Je vous en supplie, ayez pitié. Tout sauf la Présidente, le Concierge, et la maison de correction. Snif.

Et bien, voilà qui n'avançait pas tellement notre héros. Il soupira, et la voix de Barry parvint à ses oreilles. Apparemment, lui aussi avait eu un Père Noël, et ses arguments semblaient plus... percutants que ceux de Gouki. Aussi, chargeant Rodolphe sur son épaule, le géant basané commença à se presser vers la provenance de la voix de son barbu collègue.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: A serious business.   

Revenir en haut Aller en bas
 

A serious business.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Présentation de la Ligue-1-foot-business-couleur-orange
» Forum sur le commerce et l'investissement en Haiti (15nov07)
» The WILL to succeed : This ia a new HAITI THAT OPENS FOR BUSINESS[ .
» Haïti : développement et système de savoirs
» La cocaine debarque à nouveau en haiti

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: La Taverne du Flood :: Mini-Event : Pensionnat Hop-et-aile-