Partagez | 
 

 ' Attention Tempête De Mer(de) ' [Misa Arryn]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Klaus Hawks
Pirate
avatar
Messages : 61
Date d'inscription : 08/07/2014
Localisation : Dans ton Q

Feuille de personnage
Puissance: 670
Niveau Réputation: 3
Berrys: 3 000 000

MessageSujet: ' Attention Tempête De Mer(de) ' [Misa Arryn]   Lun 5 Sep - 0:04

 Attention Tempête De Mer(de)




Ce qui frappa Klaus en débarquant sur cette île, c'était la douceur du temps et l'ensoleillement radieux qui ravissait la verdure. Oléas était une île magnifique, où le temps était suffisamment doux pour que les touristes affluent en masse afin de passer d'agréables vacances. Les arbres étaient fleuris de pétales colorés, déversant une pluie joyeuse sur les chemins de terre qu’ils bordaient. Une petite brise accompagnait leur danse et venait caresser les joues d’une fraicheur délicieuse. Le temps idéal pour faire une sieste au soleil, sur une pelouse bien verte. Oléas était un paradis terrestre où le printemps semblait éternel.

Ayant jeté l’ancre dans l’immense baie, Klaus put constater combien l’activité commerciale s’était étendue dans toute l’île. Touristes ou commerçants, les deux ne manquaient pas à l’appel. Vu son petit bateau et ses yeux qui observaient tout ce qui se passait autour de lui, je vous laisse devenir à quelle catégorie Klaus semblait appartenir le plus. Pourtant, ce n’était pas dans ses intentions de guigner et de profiter du beau temps. Pendant que Den et Icare étaient livrés à eux-même sur l’île de Karaté, -l’une des plus dangereuses de West-Blue *rire sadique*-  Klaus était chargé de recruter un ingénieur, un cuistot ou un navigateur. Eh oui le sabreur n’avait pas fait les choses à moitié puisqu’il avait laissé ses deux coéquipiers fraîchement recrutés totalement en plan sur une île obsédée par le combat. Bah ça n’allait  pas leur faire du mal après tout, ils allaient sûrement bien être entrainés et débordant de reconnaissance à son retour ! Enfin, s’ils survivaient bien sûr.

Les flots l’avaient conduit à Oléas en raison de son centre de météorologie. En effet le climat agréable et tempéré était propice aux scientifiques désireux de tester leurs ingénieries et autres mécaniques pouvant produire des phénomènes climatiques. Il y a de cela deux ans les scientifiques d’Oléas avaient réussi à concevoir leur première machine à produire des giboulées à volonté. Rien de très impressionnant quand on revient de Grand Line, mais très confiants dans leur élan, les scientifiques se sont attaqués à plus gros... En tous les cas paraît-il. Les recherches sont en cours mais ils tentent de garder secret le fruit de leur dur labeur...

Je vais bien finir par trouver un ingénieur ou un navigateur par ici… pensa-t-il, faisant confiance à son instinct.


En parlant d’instinct, un frisson lui parcourait l’échine depuis qu’il avait mis pied sur terre ferme. Pour cette raison il n’enleva pas son manteau noir et doré mais continua de fixer le ciel azur avec intérêt. Comme si les degrés descendaient et remontaient crescendo, de manière toutefois difficilement discernable si on ne prêtait pas attention comme la plupart des gens. L’atmosphère était étrange mais le sabreur n’arrivait pas à savoir ce qui clochait. Peut-être était-ce tout simplement son corps qui lui jouait des tours ? Il se sentait pourtant parfaitement en forme…

Déambulant dans les rues marchandes, les étalages de nourritures ne manquaient pas. Tout en tentant de chasser cette vague impression de frisson, le sabreur s’autorisa à déjeuner. Il acheta quelques brochettes de bœuf épicé, une barquette de nouilles sautées au piment, une autre de curry piquant et une bouteille d’eau. Oui, Klaus exagérait un peu sur les épices mais c’était une sale addiction. Pour vous prouver à quelque point j’ai raison, sachez que sur tout ce qu’il vient d’acheter, il rajoute en plus une épaisse couche de tabasco qu’il garde toujours en poche… A en faire pâlir des thaïlandais. Rien qu’à le regarder, la plupart des gens souffrent et sentent leur palais irradier de douleur. Manquerait plus qu’il en verse aussi dans sa bouteille d’eau. D’ailleurs je me demande bien s’il le f—ok on passe à la suite.

Tranquillement assis sur un muret de pierre en face de la mer, notre sabreur terminait son repas et se laissa aller à une petite rêverie en contemplant les vagues qui scintillaient sous le soleil. Bien que cette quantité astronomique de piments le réchauffait peu à peu, le frisson n’avait pas quitté son corps. Il lui semblait même qu’il s’accentuait en compagnie d’un vent plus froid malgré le ciel toujours d’un bleu clair profond. Assise à côté de lui, une fille à la chevelure violette s’était visiblement arrêtée de manger son propre déjeuner en le voyant terminer ses derniers piments. Klaus ne sut pas trop interpréter son expression : était-elle en train de se moquer ou d’être dégoutée ? Quoiqu’il en soit, c’est avec bon cœur et un sourire un tantinet provocateur qu’il s’adressa à la demoiselle.

«  Peut-être que ton poulet frit sera meilleur avec cette merveille. » dit-il en lui tendant sa petite fiole de tabasco à moitié vide.



EmYasmina
Revenir en haut Aller en bas
Misa Arryn
Pirate
avatar
Messages : 12
Date d'inscription : 19/08/2016

Feuille de personnage
Puissance: 630
Niveau Réputation: 4
Berrys: 3 000 000

MessageSujet: Re: ' Attention Tempête De Mer(de) ' [Misa Arryn]   Jeu 8 Sep - 19:01





Attention Tempête de mer(de)
FT. Klaus Hawks






Si Oléas était connue pour son climat printanier et sa faune et sa flore magnifique, ce n'était pourtant pas ce qui amena Misa à accoster sur l'île. Voilà déjà une semaine qu'elle avait amarré son bateau dans le port de la ville parmi tant d'autres, qui en comparaison, semblait ridiculement petit. Touristes et commerçants affluaient en masse pour profiter de la douceur du temps, et on eut dit que rien ne pouvait troubler la tranquillité des lieux. La petite demoiselle aux cheveux parme ne put s'empêcher de penser à sa ville natale, qui malgré sa faible superficie, attirait de nombreux marchands. Rien qu'en levant les yeux vers l'azur et son soleil de plomb, elle eut l'impression d'être transportée chez elle, ne fut-ce qu'un court instant. Elle sut toutefois que cette petite accalmie ne durerait pas.

S'étant laissée guidée par les oui-dires qu'on associait à cette belle île printanière, Misa pensa qu'il y avait grand intérêt à s'y installer pour un temps. D'une part, la ville et ses activités commerciales étaient idéales pour se ravitailler avant de repartir sur les mers, et d'autre part son centre de météorologie, qui n'admettait que quelques équipes de scientifiques, avait grandement attisé sa curiosité. La jeune fille n'avait nullement l'intention de les rejoindre, ou de s'immiscer dans leurs recherches pour poser sa pierre à l'édifice, mais elle admettait qu'elle aurait beaucoup aimé les voir à l’œuvre. En vue de leur récentes mises en pratique, leur projet s'apparentait à une volonté de contrôler le temps, et déclencher des perturbations météorologiques comme nul ne pourrait le croire. Quelque part, Misa les enviait, et réalisa à quel point elle était encore loin d'en venir à bout de son rêve : Ses petits dix-sept ans d'existence ne lui permettaient pas de mener à bien un projet de si grande envergure, et ce malgré l'étendue de ses connaissances en sciences.

Ayant d'ores et déjà tenté d'accéder à leur gigantesque laboratoire avec une spontanéité ahurissante, elle avait eu l'occasion de constater que leurs activités étaient gardées secrètes puisqu'elle avait vite été mise à la porte. À ses yeux, leurs recherches avaient revêtu des allures illégales, mais peut-être s'avançait-elle trop vite. Quoiqu'il en soit, elle décida de ne pas insister davantage, et se contenta de s'occuper de ce qui la regardait. Du moins, pour cette fois-ci.

-:-

Loin de la cohue qui fourmillait dans les rues marchandes, Misa s'était posée sur un muret afin de s'offrir une vue panoramique de la plage d'Oléas. Elle scruta la vaste étendue d'eau turquoise avec une impression étrange : La jeune fille ne se l'expliquait pas, mais elle trouvait l'atmosphère plutôt pesante. Sa venue sur cette île -loin d'être anodine- était seulement sa troisième escale : Il lui semblait avoir quitté Jedya la veille. N'ayant jamais voyagé sur la mer depuis ce jour, elle s'était malgré tout rapidement familiarisée avec l'océan et ses flots houleux. En outre, elle avait pris l'habitude de ressentir assez vaguement la moindre petite perturbation climatique, d'où peut-être ce curieux pressentiment.


«  — C'est bien ce que je pensais... » murmura-t-elle en consultant son baromètre.


L'instrument de mesure qu'elle tenait entre ses mains -matériellement de bon marché mais fiable quand même- l'informait d'une légère chute de la pression atmosphérique. Misa n'en doutait plus à présent : l'île d'Oléas entrait en dépression (météorologiquement parlant j'entends), et en vue de la descente des hectopascals pour le moins précoce, il fallait s'attendre à une violente tempête.

Sur cette pensée, la jeune fille décida malgré tout de prendre son repas, tout en observant les vagues se former au loin. Elle ne savait pas encore quel allait être l'ampleur de la perturbation, mais remarqua que la mer grossissait peu à peu. Perplexe, elle hésita : Devait-elle quitter l'île ? Ou y serait-elle plus en sécurité ? Il était trop tôt pour se prononcer pour le moment.


Ce n'est qu'après quelques minutes d'observations qu'elle remarqua un jeune homme aux cheveux châtains assis à côté d'elle qui... engloutissait -littéralement- des piments sans broncher. Misa sentit sa langue lui brûler rien qu'en le regardant, mais ne put réprimer un sourire moqueur en voyant le drôle d'énergumène : Il fallait avoir l'estomac solide pour ingurgiter autant de piquant !

L'ayant à son tour remarquée, ce fut non sans un sourire provocateur qu'il lui suggéra de s'essayer à ses vives saveurs :

«  Peut-être que ton poulet frit sera meilleur avec cette merveille. » proposa-t-il en lui tendant une fiole de tabasco à moitié vide.


D'abord un peu surprise, elle déclina l'offre à sa manière :



«  — Ooh ? J'ignorais qu'on pouvait avaler autant de piments et être parfaitement lucide à la fois. En voilà un drôle de spécimen ! Mais tu risques d'avoir des brûlures d'estomac avec toute cette Capsaïcine dans le corps. » l'informa-t-elle avec un air amusé.


Loin d'elle l'idée de paraître méprisante. Misa sut en revanche qu'elle avait affaire à un jeune homme assez spécial, avec pas mal d'audace. Sur le coup, c'est ainsi qu'elle eut envie de le diagnostiquer. Ne sachant pas si le jeune homme avait juste cherché à se gausser légèrement d'elle, elle décida de lui donner un conseil en tout état de cause :


«  — Enfin... Puisque tu as pris la peine de m'en proposer, laisse-moi t'informer d'une chose. »


Sur des mouvements plutôt espiègles, elle se leva du muret de pierre et laissa ses pieds fouler le sol sableux. Joignant ses mains derrière son dos, elle fit quelques pas en avant en fixant l'horizon :


«  — Dans une ou deux heures, une tempête va frapper Oléas. Peut-être as-tu remarqué que l'atmosphère était un peu étrange ? C'est parce que la pression atmosphérique est en train de chuter, ce qui est signe de dépression. Et plus celle-ci sera basse, plus les vents seront violents... » expliqua-t-elle sans abandonner son sourire.


Le fait qu'il n'y avait pas une once d'inquiétude dans sa voix, ou qu'elle n'avait pas l'air de se sentir concernée pour le moins du monde laissait croire qu'elle débitait tout un tissu de mensonges. Pourtant, Misa était consciente du danger que représentait cette tempête, qu'on pourrait peut-être assimiler à un cyclone de forte intensité. Cependant, le jeune homme était libre de la croire ou pas.


«  — La mer grossit, mais ce n'est que le début. Le vent va forcir, et le ciel va se charger de beaux cumulonimbus avant qu'on ait le temps de dire "Ouf". » ajouta-t-elle avec impassibilité.


C'était une course-contre-la-montre. À plusieurs vingtaines de kilomètres, la tempête devait déjà faire rage. Il était plutôt difficile de croire que l'azur profond du ciel allait se couvrir de noirceur, car le soleil brillait encore. Consultant de plus belle son baromètre, elle estima qu'il ne devait rester qu'une ou deux heures : Quitter Oléas pendant ce temps était largement faisable. Reste à savoir s'il y aurait quelques empêchements...



«  — Voilà, je te conseille te quitter l'île au plus vite. » finit-elle par lui suggérer, sans vraiment s'attendre à ce qu'il y accorde du crédit.


Sur ces mots, Misa regarda de nouveau l'horizon, tandis que la silhouette d'un bateau se profilait au loin...

Misa Arryn - OPL

Revenir en haut Aller en bas
Klaus Hawks
Pirate
avatar
Messages : 61
Date d'inscription : 08/07/2014
Localisation : Dans ton Q

Feuille de personnage
Puissance: 670
Niveau Réputation: 3
Berrys: 3 000 000

MessageSujet: Re: ' Attention Tempête De Mer(de) ' [Misa Arryn]   Dim 2 Oct - 15:55

 Attention Tempête De Mer(de)




Pour quelqu’un qui n’avait pas l’air d’apprécier l’épicé autant que lui, cette jeune fille semblait pourtant avoir la langue bien… pendue. Assis sur son muret de pierre il observa sa mystérieuse interlocutrice en détail : elle semblait jeune, dans les seize ans, avec un visage rond et une taille assez petite. Elle avait de beaux cheveux d’une teinte mauve qu’elle attachait avec un grand nœud rouge derrière sa tête, renforçant son côté enfantin. Toutefois, son visage affichait un léger sourire cynique perpétuel, ce qui avait don de lui donner un air plus adulte malgré sa petite corpulence. C’était d’ailleurs avec ce même sarcasme qu’elle avait décliné son offre généreuse, questionnant la lucidité du sabreur quant à l’état de son estomac. « Des brûlures d’estomac ? Moi pas connaître » traduisait son visage et ses yeux ronds. Il nota cependant que la demoiselle n’avait pas hésité à nommer un composant chimique du piment qu’est la capsaicine. Peu de gens le savaient peut-être mis à part les accros du piment et les scientifiques calés sur tout et n’importe quoi. Cette jeune fille s’avérait de plus en plus intéressante.  

Il n’était pas au bout de ses surprises puisque l’instant suivant, elle se mit à s’adonner dans des prédictions météorologiques inquiétantes, tout en affichant un air candide sur le visage. Une tempête d’une grande ampleur s’apprêtait à frapper Oléas ? N’importe qui l’aurait pris pour une folle déblatérant des bêtises en voyant le ciel profondément azur, surtout avec le ton léger qu’elle affichait malgré les dires apocalyptiques. Néanmoins, les frissons répétés de Klaus l’empêcha de se moquer tout de suite : si la petite Miss Météo disait vrai, alors son impression depuis qu’il avait posé un pied sur l’île s’avérait plausible. Tous les habitants de l’île étaient alors en danger et évacuer tout ce beau monde en un temps record s’annonçait sûrement difficile. Oh, non pas que Klaus en eut quelque chose à faire, mais si cette fille était une scientifique de l’île, alors il s’imaginait qu’elle devait bien faire quelque chose.

«  — Voilà, je te conseille te quitter l'île au plus vite. »

Klaus esquissa un léger rictus, avant de prononcer d’un air nonchalant :


«  Navré Miss Météo mais je ne peux pas partir tout de suite. Pas avant d’avoir recruté un navigateur de talent. » Il leva ses iris rouges vers elle. « Le genre de navigateur assez bon pour ne pas s’adonner dans des prédictions bidons mais possédant un vrai savoir scientifique... »

Le jeune homme se leva sans quitter des yeux l’adolescente aux cheveux parme, un sourire malicieux aux lèvres. Le genre de sourire qui annonçait une proposition culottée.

«  Faisons un marché. Si ta prédiction s’avère fausse tu boiras ceci… cul sec. » dit-il en lui lançant la fiole de tabasco dans ses jolies mains gantées. « Par contre si ta prédiction s’avère juste… Je serai prêt à faire un autre marché pour que tu intègres mon équipage. »


Il appuya sa dernière phrase d’un ton solennel, l’air très sérieux. Il était hors de question pour lui de laisser filer un talent aussi rare. Si elle possédait bel et bien ce don de prédire la météo en observant le ciel, elle ferait  une navigatrice hors paire. Restait à savoir si elle possédait une moindre ambition pour pouvoir adhérer à la cause du sabreur.

« Comme tu peux le voir, il te reste du temps pour réfléchir… ou pour jeter cette fiole piquante dans l’océan. » dit-il en s’avançant pour admirer l’horizon d’un bleu pur à son tour.


Il n’eut pas le temps d’admirer bien longtemps et fronça les sourcils, l’air soudainement troublé. Un navire imposant avec une proue de basilic noirâtre se rapprochait à grande vitesse, poussé par un vent plus froid. Semblable à un bateau hanté, la coque était écorchée et craquelée, tandis que ses voiles étaient noires et déchirées, arborant un motif indiscernable pour des yeux non avertis. Klaus reconnut immédiatement le motif : les « Cobraceous » ou les Serpents Noirs comme ils aimaient se faire appeler, étaient un équipage pirate qui commençaient à devenir des caïds de renom sur South Blue. Et pour cause, le capitaine ayant fait fortune grâce à une expédition fructueuse autour de la légende de Davy, il put recruter sans problèmes une centaine de membres à la suite. C’était donc l’un des équipages les plus craints du moment, en raison de ses deux cent hommes composés de chasseurs de primes et mercenaires sans pitié. La Marine les avait dans leur ligne de mire.

La jeune fille ayant remarqué son trouble, Klaus se pressa de lui expliquer pourquoi il valait mieux ne pas s’attarder sur l’île, avec ou sans tempête. Elle ne sembla pas convaincue mais au fur et à mesure que le bateau se rapprochait très vite, les contours devenaient de plus en plus menaçants. Black Jack, le capitaine de l’équipage des Cobraceous, était connu pour être un pirate sanguinaire et impulsif. Ayant aperçu eu vent des richesses de l’île d’Oléas, peut-être venait-il pour la conquérir. En tous les cas, une bataille sans merci devait les préparer avec la Marine, dont une base se situait à quelques lieues seulement d’ici. Klaus sortit un escargophone de Marine, celui que possède tout bon soldat pour communiquer avec ses supérieurs. Il sentit le perçant regard noisette de la miss météo se poser sur lui, intriguée qu’il puisse posséder un pareil objet après sa proposition de rejoindre un équipage pirate.  

« … Merde. Le trafic réseau est mauvais » lâcha-t-il en écoutant les grésillements couvrir le silence de son appel. «  On ne pourra pas contacter la Marine dans ces conditions. »


Le ciel s’était couvert d’un épais voile gris et le vent soufflait de plus en plus fort. La mer était agitée. Il y avait un quart d’heure à peine, le ciel était encore magnifique. La jeune fille semblait très pensive malgré sa prédiction qui s’annonçait juste pour le moment, comme si un événement perturbateur s’était mêlé à l’engrenage. Peut-être pensait-elle qu’il était encore trop tôt pour que la tempête se déclenche. Klaus lui-même restait silencieux, réfléchissant à comment se sortir de ce pétrin. Connaissant la réputation de ce pirate, le sang allait couler sur l’île, il en était certain. Un frisson d’excitation lui parcourut l’échine et un sourire en coin laissa apparaitre une rangée de dents blanches.

Klaus sauta au dessus du muret de pierre, partant en direction du port de la ville. Il fallait avant tout qu’il sauve son bateau d’éventuelles flammes ou pillages. Mais avant cela il se retourna vers la fille et lui déclara :  

« Au fait, il y a un centre de météorologie à Oléas, non ? J’ai entendu dire qu’ils y menaient des expériences sur le climat. S’ils pouvaient l’adoucir même pour deux minutes il faudrait contacter la Marine : je pense que le taux de survivants sur cette île sera bien plus important de cette manière. »


Ces mots étant dit, il hocha la tête et quitta la place, le sabre à la main,  l’adrénaline montant doucement –mais sûrement-  jusqu’au cœur. Il n’était pas dupe, même pour lui contenir deux cents pirates à lui tout seul était irréaliste. Sans aucune aide, son taux de survie était indubitablement en-dessous de la moyenne. Mais l’appel du sang excitait grandement son désir de challenge et c’était donc avec le ravissement d’un enfant commençant son jeu favori et la concentration morbide d’un assassin qu’il courait à toute vitesse vers le lieu de rendez-vous…


EmYasmina
Revenir en haut Aller en bas
Misa Arryn
Pirate
avatar
Messages : 12
Date d'inscription : 19/08/2016

Feuille de personnage
Puissance: 630
Niveau Réputation: 4
Berrys: 3 000 000

MessageSujet: Re: ' Attention Tempête De Mer(de) ' [Misa Arryn]   Dim 23 Oct - 0:50





Attention Tempête de mer(de)
FT. Klaus Hawks




Au moins, ce jeune homme était loin d'être crédule, Misa devait bien se l'admettre. Sans avoir l'air de trop la croire, ce dernier déclara être à la recherche d'un navigateur "possédant un vrai savoir scientifique". La jeune fille haussa un sourcil en l'écoutant parler : Devait-elle prendre ça comme une provocation ? Elle n'était pas tout à fait surprise de voir qu'il n'avait pas bu ses paroles comme il aurait pu le faire avec sa fiole de tabasco, mais l'attitude qu'il adoptait était pour le moins déconcertante. Sur le coup, Misa le trouva intéressant, et ne fut pas pour le moins du monde offensée. Ce n'était pas tous les jours qu'on rencontrait un garçon de sa trempe, qui en plus de ne pas y aller par quatre chemins, n'avait pas froid aux yeux. Et pour être tout à fait franche avec elle-même, cela ne lui déplaisait pas.

Le jeune homme se leva à son tour, son regard suivant le sien, et ne le quittant pas :
«  Faisons un marché. Si ta prédiction s’avère fausse tu boiras ceci… cul sec. » dit-il en lui lançant la fiole de tabasco dans ses jolies mains gantées. « Par contre si ta prédiction s’avère juste… Je serai prêt à faire un autre marché pour que tu intègres mon équipage. »

La demoiselle plissa ses yeux noisette : Se moquait-il d'elle ? Non, elle pouvait lire dans son regard qu'il était on ne peut plus sérieux. Et pourtant, elle trouva que lui soumettre un marché était audacieux : Il lui avait posé un ultimatum sans même qu'elle ait le temps de s'y attendre. En outre, il avait fait mention d'un équipage - sans doute d'un équipage pirate - qu'il comptait visiblement construire avec parcimonie. En tous les cas, elle sentit qu'elle n'avait pas vraiment le choix, même si loin d'elle était l'idée de décliner sa proposition. En y réfléchissant bien, se joindre à lui ne pouvait que lui procurer des avantages : L'union faisait la force, et ce n'était sûrement pas seule qu'elle voguerait sur Grand Line. Et puis, avec ses pauvres moyens, elle ne ferait pas long feu.


«  — On dirait bien que je n'ai pas mon mot à dire, n'est-ce-pas ? » finit-elle par répondre avec un sourire en coin.



C'était "Marché conclu". De toute les façons, elle était pratiquement sûre de ses prédictions : Même si celles-ci manquaient encore de précision, elles finissaient toujours par faire mouche. Elle n'avait que trop longtemps étudié la science du climat pour se tromper maintenant. Misa ne savait pas vraiment sur quel chemin épineux elle s'était engagée mais au moins, elle sentait qu'elle n'allait pas s'ennuyer. "On ne peut pas dire que je ne l'aurais pas prévenu." pensa-t-elle sur un léger haussement d'épaules, toujours les bras derrière son dos.

Le sourire malicieux du jeune homme aux regard rouge vif s'estompa peu à peu tandis qu'il observait la silhouette d'un bateau qui dérivait dangereusement vers Oléas. Les voiles et les mâts semblaient être dans un bien triste état : On put le voir même de cette distance. La demoiselle aux cheveux parme remarqua que le garçon eut l'air étrangement troublé, puis devina que la venue du navire fantomatique n'augurait sûrement rien de bon. Celui-ci l'informa qu'il s'agissait du vaisseau d'un équipage de pirates redouté sur South Blue, appelé les "Cobraceous", qui était réputé pour avoir deux cent hommes à sa solde, et un capitaine Black Jack, qui avait fait trembler les mers... Bien que Misa fut d'abord un peu perplexe à ce sujet, elle finit par se dire que la situation n'allait pas leur être favorable s'ils tardaient trop.  


«  — Eh bien, voilà qui va pimenter les choses. Je me demande si ce sera à ta convenance ? ~ »




Oui, elle trouvait le temps de plaisanter à un moment pareil. Pourtant, ce n'est pas sans être légèrement inquiète qu'elle demeurait là.
De son côté, le jeune homme sortit un escargophone pour contacter... La Marine ? La jeune fille fut pour le moins intriguée : n'avait-il pas l'intention de former un équipage pirate ?

Elle ne put guère s'en préoccuper longtemps puisqu'un autre évènement perturbateur l'avait interpellé. Un vent violent la fit subitement reculer de quelques pas, alors que de gros nuages sombres se bousculèrent dans le ciel. Fronçant les sourcils, elle trouva ce changement de temps soudain assez curieux, car il n'était pas censé se produire aussi tôt. Était-ce son baromètre qui était défectueux ? Non, même sans appareil de mesure, elle était quasiment sûre de son coup, et la tempête aurait bel et bien dû frapper l'île plus tard. Le courant grossissait peu à peu, et le mistral glacial qui sifflait entre les murets et qui faisait bruire la végétation avait quelque chose d'inquiétant.

Toutefois, entendre son acolyte se mouvoir l'extirpa de ses pensées : Lorsque celui-ci sauta par dessus le muret de pierre, elle crut entrapercevoir... un sourire.

« Au fait, il y a un centre de météorologie à Oléas, non ? J’ai entendu dire qu’ils y menaient des expériences sur le climat. S’ils pouvaient l’adoucir même pour deux minutes il faudrait contacter la Marine : je pense que le taux de survivants sur cette île sera bien plus important de cette manière. »

Et il détala, avec son sabre à la main. Elle le regarda partir, sans prononcer un mot, un peu curieuse de savoir ce qu'il entreprenait de faire. Affronter deux cent pirates sanguinaires et aguerris était du suicide, il faudrait être fou à lier pour faire cavalier seul dans de pareilles conditions, et pourtant... Misa avait quand même quelques doutes à ce propos.

Le centre de météorologie... Misa tressaillit lorsqu'une pensée complètement folle lui traversa l'esprit. Et si ces perturbations climatiques prématurées étaient en fait l'aboutissement -ou l'échec(?)- d'une de leurs expériences ? C'était tout à fait plausible. En tous les cas, le moment était plutôt mal choisi pour expérimenter : L'heure était grave, et il fallait agir vite avant que le pire n'arrive. La jeune fille entreprit alors de partir de son côté pour leur laboratoire; et elle y accéderait par la force s'il le fallait. Appeler la marine était sans doute la meilleure chose à faire, même si Misa ne les portait pas particulièrement dans son cœur. Elle préférait éviter que cela se termine par un bain de sang, après tout.

Pour l'heure, le mauvais temps ne permettait pas de lancer quel qu'appel qui soit. Qu'à cela ne tienne, le centre de météorologie allait bien pouvoir faire quelque chose...

-:-


«  — Je vais être brève. Cessez vos expérimentations où vous courrez tous à votre perte. Vous pouvez adoucir le temps pour un moment non ? »




Sans rencontrer de trop grande difficulté pour rentrer, Misa s'était introduite au centre de météorologie, où une petite équipe de chercheurs étaient en train de travailler, devant leurs machines, avant que cette dernière ne vienne les interrompre... sa grande faux à la main. Sûre d'elle, elle leur demandait - ou plutôt ordonnait - d'arrêter leurs expériences qui visiblement, consistaient à ramener le mauvais temps : Etaient-ils las du climat printanier de leur belle ville d'Oléas ?

« Mais... Qui êtes-vous ..? »


«  — Hmmm... Je suis plutôt pressée. Et puis je suppose que vous ne me croirez pas si je vous disais que des pirates sont sur le point d'accoster à Oléas ? Ce serait plutôt chouette de votre part d'appeler la marine ! ♪ Avec ce temps, il est impossible de contacter qui que ce soit ! » déclara-t-elle toujours avec légèreté.



Une fois encore, pas une seule d'once d'inquiétude ne se faisait sentir dans le ton de la petite faucheuse. Et c'était plutôt problématique, car les scientifiques la prenait pour une fille bizarre qui prétextait que des pirates allaient débarquer sur l'île, juste pour s'immiscer dans leurs recherches. Ils n'accordaient vraisemblablement aucun crédit à ses paroles qui leur semblèrent bien creuses, et l'un d'entre eux fit un signe de tête à son subordonné qui ordonnait de la faire sortir d'ici.

Chose que Misa avait prédit.

D'un mouvement furtif et sans crier gare, la jeune fille fit quelques bonds agiles en avant, et plaça le cou de ce dernier dans la lame recourbée de sa faux : Un seul mouvement et sa tête risquait de partir.

« Chef ! »
« A-Attendez ne bougez pas vous autres ..! » s'exclama l'homme, après avoir dégluti nerveusement.

La grande lame scintillait sous la lueur du faible éclairage de la pièce : La petite taille de Misa ne la rendait pas très intimidante, mais avoir son arme sous le cou suffisait à tirer la sonnette d'alarme. Les chercheurs semblèrent enfin avoir compris qu'ils n'étaient pas en mesure de contester.
Selon elle, il était nécessaire d'en arriver là, car le temps pressait :


«  — Ça ne vous coûtera rien de le faire. Vous aurez tout le temps de contempler une tempête tout à l'heure. » prononça la jeune fille plus sérieusement.




-:-

L'équipe de scientifiques avaient fini par s'exécuter. Après mûre réflexion, ils n'avaient rien à perdre, et peut-être ne mentait-elle pas : Ils le sauraient bien assez tôt. Misa profita du moment pour les observer travailler : Leurs machines semblaient très performantes, et alimentaient diverses turbines qui produisaient indirectement de l'air chaud, et de l'air froid. Ils explicitèrent que ce concept était plutôt risqué dans la mesure où faire rencontrer des courants d'airs chauds et froids trop différents -atmosphériquement parlant- pouvaient provoquer la formation d'une tornade destructrice à la surface. La demoiselle aux cheveux parme le comprit plutôt rapidement.

Bien heureusement, tout se passa pour le mieux. Les nuages grisâtres furent bien vite repoussés par le vent "artificiel" et le calme revint sur l'île pour un moment. L'instabilité du temps semblait presque naturelle; cela ressemblait à un de ces après-midi venteux où le soleil jouait avec les nuages, et Misa admirait ce spectacle par la fenêtre, complètement fascinée. Toutefois, l'heure n'étant pas aux réjouissances, elle laissa sa passion pour la science de côté, et finit par contacter la Marine avec son propre escargophone. Elle fit également mention du nom de l'équipage, afin que ces derniers soient préparés au mieux pour la bataille. Ceci étant fait, elle quitta le centre de météorologie, en rétractant sa faux qu'elle attacha à sa ceinture.

Accourant vers le cœur de la ville, elle espérait que les pirates n'avaient pas déjà fait de victimes. Il y avait fort à parier que quelques personnes allaient y laisser leur vie, si ces pirates étaient aussi sanguinaires qu'on lui avait dit. D'ailleurs, qu'était devenu notre mister-épicé ..?



Misa Arryn - OPL

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: ' Attention Tempête De Mer(de) ' [Misa Arryn]   

Revenir en haut Aller en bas
 

' Attention Tempête De Mer(de) ' [Misa Arryn]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Misa Arryn // palmtop reaper } [Terminée]
» Quand le vent souffle, la tempête se déchaîne
» ATTENTION ,HAUTE TENSION...
» Attention, araignées qui tuent ..
» 6- Misa Campo vs Marisa Miller

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Direction l'aventure ! :: Les Mers bleues :: South Blue :: Autres lieux de South Blue-