Partagez | 
 

 Prêt à rouler des mécaniques ! < Terminée>

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Wallace D. Logan
Caporal
avatar
Messages : 716
Date d'inscription : 31/12/2013
Age : 26

Feuille de personnage
Puissance: 610
Niveau Réputation: 4
Berrys: 2 000 000

MessageSujet: Prêt à rouler des mécaniques ! < Terminée>   Mar 9 Aoû - 0:06


Surnom : Docteur Mécanique
Âge : 30 ans
Lieu de naissance : Quelque part sur les eaux de Grand line
Race : Humain Mécaniquement Modifié !
Camp : Marine
Capacité : Ope Ope No Mi
Métier : Médecin Prothésiste avec de grandes connaissances en robotiques/Ingéniérie

Wallace D.
Logan
L'homme est un mécanisme que l'amour propre remonte chaque jour.
Bon nombre d'individus vous diront qu'ils se sentent changés du tout au tout lorsque vient l'heure de se battre. Le sang leur monte à la tête, les poings se crispent, les dents se serrent et l'esprit se focalise sur l'idée d'écraser celui qui vous fait face. Je ne déroge pas à la règle, ou du moins, pas totalement. Si effectivement, le conflit me transforme, ce n'est certainement pas en bête féroce. En fait, je pense que je ne suis jamais aussi calme que lorsque je me bats. Mon esprit s'affûte, mes gestes se précisent, et je me focalise sur l'objectif à atteindre, qu'importe le coût ou la manière. Ce qui est assez contraire à ma nature de base, plutôt soupe au lait et entier. Si j'aime, c'est beaucoup. Si j'aime pas, c'est beaucoup aussi. Pas de demi-mesure, jamais ! Je crois que ça m'a aidé dans l'armée. Cela a dû, par chance,  compenser quelques petits vices et manque de rigueur finalement. Il faut dire que j'ai toujours su avoir des résultats et les vendre assez bien pour qu'on oublie rapidement comment je les ai eus. Par chance, la marine sait se montrer compréhensive lorsqu'elle obtient ce qu'elle veut. Un peu trop parfois peut-être... Comme moi. Malgré tout, n'allez pas croire que j'ai mauvais fond ! Je ne comprends pas bien les actes de cruauté gratuite et assimilés du genre. Mais par intérêt, général ou personnel, c'est autre chose. Tant qu'on reste discret. Pas vu, pas pris ! Ce qui aux yeux de la population, fait de moi un bon soldat ! Et ce qui au yeux des hors la loi, fait de moi un bon soldat aussi. Au final, tout le monde s'en porte mieux. Le monde est tout en nuance non ? Et bah moi aussi. Je n'ai pas le temps ni les moyens d'avoir une luxueuse conscience trop encombrante. A la place, j'aurai la vengeance. Mais la vraie vengeance, la longue, celle qu'on travaille et qu'on planifie pour enfin la savourer ! Pas celle qui vous ronge et vous transforme en un chien enragé baveux. Parce que bon, rancunier, d'accord. Épris de justice  mes heures, pourquoi pas. Mais il ne faudrait pas non plus s'empêcher de vivre !
Se décrire physiquement ? La bonne blague ! Je doute que Logan soit très objectif, alors mieux vaut me laisser faire.. Moi c'est Jarod, je suis son aide de camp depuis longtemps alors je le connais bien !  En premier lieu, je pense que ce qui saute aux yeux reste sa stature. Le bonhomme est grand de presque un mètre quatre vingt dix et doit peser plus de cent kilos... Enfin, devait les peser. Aujourd'hui il les dépasse sans doute allègrement. Il faut dire que son bras et sa jambe gauche ainsi que plusieurs organes et ossements mineurs ont été remplacés par le meilleur acier qu'on puisse trouver. Il fantasme même sur un peu de granit marin, mais c'est pas pour aujourd'hui ! Ce qui lui serait pourtant utile car y'a pas que son bras ou sa guibole ! Y'a qu'à voir son torse pour réaliser en s'amusant à compter les cicatrices que le gars a pas eu une vie monotone. À côté de ça, cette grande carcasse est souvent recouverte quand il voyage d'une longue cape noire usée renforcée par des plaques métalliques sur les épaules avec un haut col pour habiller un peu le tout. Le reste du temps, il porte son uniforme de marine ( même s'il lui tarde d'être assez haut gradé pour pouvoir se le personnaliser quelque peu, je le tiens de lui..). D'ailleurs, sa coiffure n'a rien de très militaire non plus ! Ses cheveux d'un rouge orangé sont plutôt longs et coiffés en arrière, tombant sur son visage de temps à autres. Sa barbe elle, varie en fonction des moments, allant de juste mal rasée à bien plus longue au niveau de la moustache et du menton lorsqu'il revient d'une mission ayant durée. Ca lui donne un air encore plus roublard quand il sourit, et je serais pas surpris plus que ça que ça lui plaise ! Faut dire que c'est pas le moins fourbe, en combat comme au quotidien, il mets ses atouts en avant en faisant oublier ses défauts. Ça plaît aux filles qu'il dit ! Même si moi personnellement il me ferait plutôt flipper, mais il en faut pour tous les gouts à ce qu'on dit...
Par où  commencer... Oh, tiens, il fait déjà jour ! Le soleil qui se lève chaque jour sur marine Ford a beau être semblable à tout autre, je ne peux m'empêcher de le voir comme différent. Les recrues se dirigent vers le réfectoire pour prendre leur petit déjeuner tandis que les soldats plus expérimentés profitent de leurs petits privilèges en dormant encore à poings fermés. De mon côté, je ne suis toujours pas couché. J'ai toujours eu une tendance à préférer la nuit au jour et cette préférence n'a pas disparu au sein de la marine. Pourtant je me porterais sans doute mieux si cela avait  le cas. Pas spécialement vis-à-vis de mes yeux cernés, non, mais pour les découvertes que la nuit peut parfois offrir.

Je suis né marin. À comprendre par là que je suis orphelin et que la marine m'a recueilli dès mon plus jeune âge. J'ai donc vécu les premières années de ma vie comme pupille du gouvernement à l'abri derrière les murs stricts d'une institution gouvernementale. L'endroit pullulait d'orphelins de la marine qui voyaient leur perte compensée par une éducation correcte et un confort satisfaisant. Sans fioritures, mais comblant nos besoins, l'endroit était à cette image : simple et robuste. Des assiettes pleines et chaudes, des murs préservés du froid et des draps propres. Le tout couplé à une apologie plus ou moins subtile de la marine, de telle manière qu'arrivés à l'âge adulte la majorité des orphelins s'engageaient dans un corps d'armée pour lequel ils étaient prêts à verser leur sang et leurs larmes. Je ne fis pas fais exception à la règle, même si ce fut pour des raisons plus égoïstes.

Revenons à la nuit, à une en particulier, l'été de mes treize ans. Je suivais un stage de commandement commun aux recrues prometteuses de la marine et du Cipher Pol. Pour l'occasion, je résidais pour la première fois au QG de la marine et me sentais comme privilégié de connaître pareille chance. Curieux de tout connaître de cet endroit que j'idéalisais depuis toujours, je passais chaque nuit à mettre à profit l'entraînement suivi en matière d'infiltration. Une discipline pour laquelle j'avais toujours dû redoubler d'effort pour obtenir des résultats. Il faut dire que je n'avais pas le physique idéal pour la chose. Blessé dans la toute petite enfance, j'avais sacrifié le bras et la jambe gauche. Je ne m'en souviens pas, mais on me disait toujours que lorsque la marine m'avait retrouvé j'étais à la frontière entre la vie et la mort. Comment aurais-je pu ne pas me sentir empli de reconnaissance pour ces gens qui m'avaient sauvé gracieusement au lieu de laisser ce petit bébé mutilé en pâture à son cruel destin ? Du moins, c'était ce que je pensais jusqu'à cette nuit là.

Furetant de couloir en couloir, c'est vers le bureau de l'instructeur que mon expédition nocturne m'emmena. La porte n'était pas fermée, et encouragé par ce que je voyais comme un signe je ne pouvais me soustraire au désir de l'ouvrir pour aller promener un œil curieux. L'ensemble des dossiers des soldats et cadets de la base étaient là, renfermant dans le secret de leurs pages l'ensemble de l'histoire de chacun d'entre eux. A commencer par la mienne. Après tout, combien de fois avaient-ils répondu de façon aussi floue et énigmatique que possible à mes questions sur mes origines et les motivations de l'armée à intégrer un enfant aussi coûteux en soins et prothèses. Je n'étais pas aveugle, je savais que ce genre de privilège de par l'argent qu'ils demandaient était l'apanage des héros de guerres et aucunement des jeunes recrues. Mais jamais je n'eus de réponse claire de la part de mes supérieurs. Je m'imaginais être l'enfant secret d'un amiral ou autres ascendance prestigieuses... L'occasion était trop belle pour avoir des réponses. Sincèrement, n'auriez vous pas fait pareil ?

C'est donc le cœur battant et la main tremblante que je retirai la petite bande de tissus fermant le dossier contenant la réponse à des années d'interrogations. Une lecture dont j'espérais tant et qui m'offrit, en un sens j'imagine, beaucoup plus encore.

Aucun amiral, héros de guerre mort au combat ou grand espion ayant sauvé le monde.. Non, rien de tout ça. Mes rêves d'enfant naïf étaient bien loin de la réalité : un pirate. Un maudit pirate, voilà ce qui me servait de père. Ma mère, à peine mentionnée, avait de tout évidence suivi la même voie. Alors pourquoi avoir gardé en vie le rejeton de criminel ? C'était d'une simplicité effarante. Mais qui changea à jamais ma vie. Comme quoi, souvent, il suffit de peu de choses...

Le seul fait d'arme notable de feu mon père, consistait en un vol de fruit du démon. L'Ope Ope No Mi. Un paramécia qui renferme bien des mystères tant son pouvoir semble abstrait et dépendant de son possesseur. Mais pour faire simple, il fait de son utilisateur un "homme scalpel" dont l'environnement tout entier devient la salle d'opération. Des capacités quasi illimité' s dans un espace qui lui l'est, et surtout le pouvoir d'agir sur le corps humain d'autrui. En apprenant ça, tout prenait un sens. Pourquoi m'avait il sauvé ? Pourquoi me soigner ? Pourquoi vouloir faire de moi un officier... Ils avaient tué ma famille et ne pouvant obtenir ce qu'ils voulaient d'elle, se contentaient de leur fils en qui les parents avaient cachés leur plus précieux butin.

Aujourd'hui encore, je ne saurais dire si c'est simplement le fait de prendre conscience du pouvoir dormant en moi ou bien si c'était le fruit de mon imagination, mais un frisson de puissance me traversa le dos à cet instant précis où je réalisais mon potentiel. Rapidement suivi d'un sentiment de rage contenue, une colère froide, que je ressentais à l'égard de tout ce système en qui j'avais tant foi et qui m'avait juste utilisé sans aucune considération...   Désormais mes promenades nocturnes allaient être le théâtre de mon entraînement et de mes recherches sur ces pouvoirs qui étaient miens. J'allais devoir pleinement les maîtriser, et feindre l'incompréhension sur leur origine auprès de mes supérieurs qui avaient d'ores et déjà bien préparé leur histoire. Une histoire pas trop mauvaise d'ailleurs, je pense que j'aurais pu y croire.

Et c'est ce que je faisais, en apparence. J'acquiesçais, j'obéissais aux ordres, progressais en force et en talent. Pour en parallèle, chaque nuit, m'exercer à manipuler mes pouvoirs ou me renseigner dans les archives sur les précédents utilisateurs de ce fruit. Toute information pouvant m'aider était précieuse. En parallèle de ça, l'adolescence était aussi la période où je découvrais ma passion pour la bio-mécanique et l'ingénierie en général. Une passion qui avait été mise à profit puis couplée à mes pouvoirs pour finir par créer un style de combat qui aujourd'hui encore, m'est propre.

Rythmé par l'entraînement et les études, je me concentrais au maximum pour obtenir au plus vite le rang de soldat et quitter les murs de l'école militaire. Une motivation qui se heurta parfois à un caractère enclin à prendre du bon temps mais qui malgré tout restait ma priorité à travers les années. Loin de vouloir venger des parents que je n'avais jamais connus, je demeurais néanmoins enragé après la marine. Le fait de n'avoir été considéré que comme un pion programmable et utilisable pour ses dons par cette armée que j'avais autrefois aimée comme une mère, je ne pouvais calmer cette rancune qui me prenait le ventre à chaque fois que j'y pensais. C'est donc avec pour but de prendre le contrôle de ceux qui avaient voulu prendre le mien que je quittai l'école à dix-sept ans.

Ma première affectation était un coin tranquille qui me permit de faire doucement mes preuves. Sans acte héroïque, mais avec un devoir accompli convenablement en temps et en heure. Après tout, faire ce qu'on attend de toi est sans doute une des qualités premières du soldat. Et à East Blue, je n'avais de toute façon rien d'autre à faire. Ce furent trois années calmes, où je pus me consacrer au développement de mes propres capacités tout en les testant sur quelques pirates d'eau douce qui s'aventuraient trop près de notre base. Une attitude efficace qui fit parler de moi, le "Docteur Mécanique" avait assez attiré l'attention pour recevoir une offre intéressante : rejoindre un navire d'exploration.

Un puissant cuirassé qui allait s'aventurer dans les confins inexplorés de Grand Line. Une mission périlleuse, commandée par un homme chevronné entouré de soldats triés sur le volet. Une telle proposition tombait à pic ! Après des années confrontées à une réalité formatrice mais bien calme, je pouvais passer à l'étape supérieure. C'est donc le cœur léger et plein d'enthousiasme que je répondis favorablement et embarquai quelques jours plus tard à Logue Town.

Bien qu'étant dans la marine depuis toujours, c'était la première fois que je vivais au quotidien sur un bateau pendant de si longues périodes. Je goûtais à la vie marine à proprement parlé et tâchais de m'en imprégner au possible pour en tirer un maximum d'expérience. Malheureusement, à part une aide considérable pour la cartographie de ces eaux tumultueuses, nous ne fîmes pas de découverte spectaculaire même si ces dix années firent de moi un homme accompli mais encore loin du pouvoir et de l'influence que je désirais obtenir. Peu de conflits, peu de gloire... Rien à part la satisfaction du commandant ne permettait de prétendre à de plus grands grades. Mais je ne regrette pas ce temps, car je pense qu'il m'a offert tous le savoir qu'un marin doit connaître pour briller et au final me sera des plus utiles pour l'ascension que je vise.

Peut-être même un peu plus. Tu vois mon bras ? Et ma jambe ? Comme je le disais plus tôt, j'ai été blessé très jeune et j'ai besoin de ces prothèses pour conserver une mobilité parfaite. Mais il se trouve que les pouvoirs dont je dispose, utilisés avec les bonnes connaissances permettent de concevoir de petits miracles de bio-technologie. Ca a été plus d'une fois utile lors de nos expéditions ! C'est le genre de situation où on doit se débrouiller avec les moyens du bord, alors autant dire que j'ai pu développer  pas mal de choses intéressantes ! C'est donc naturellement, que j'ai été recommandé pour rejoindre l'équipe scientifique une fois le projet d'exploration enfin terminé. C'était une période prolifique à tout point de vue ! Mais on en parlera plus tard, recentrons nous sur notre histoire.

J'ai grâce à ces années de navigations et de recherche scientifiques su devenir l'homme que j'avais besoin d'être pour satisfaire mes ambitions. Une fois convaincu d'être prêt, je suis rentré au quartier général où j'ai dû commencer un tout autre genre d'entraînement douze ans après l'avoir quitté. Petit arrangements, magouilles de toutes sortes et autres du même acabit. C'est sans plus de surprise que ça que j'ai constaté rapidement le changement que la marine avait connu en un peu plus d'une décennie... Loin de m'en attrister, j'ai rapidement vu les nombreux bénéfices que je pourrais en retirer ! Moi qui sortais - tant en mer qu'au labo de la section de recherche scientifique- de quasi huis clos, je ne pouvais rêver meilleur climat pour mon retour. Dans ce monde plus politisé et pernicieux que jamais, je n'ai eu qu'a attendre quelques mois pour saisir l'opportunité me permettant de tirer mon épingle du jeu et obtenir les quelques hommes nécessaires pour former la petite unité que je voulais. Une petite équipe modeste, mais qui j'en suis sûr va progresser à vitesse grand V... J'ignore encore qu'elle sera notre première mission, mais je compte bien en faire un marche-pied pour ma carrière. Après tout, ça ne fait que commencer... Mais je te remercie, ça m'a fait du bien de ressasser tout ça et de réfléchir à voix haute ! Je dirai aux autres que tu as été brave jusqu'au bout ! Tu m'as permis de réaliser que je crois encore en certains idéaux marine. C'est juste la réalité de ses membres le problème... Vivement que ça change ! Mais ça, tu ne le verras pas.

Adieu, pirate.

Un simple courant d'air effleura la peau du pirate alors qu'une sphère bleutée à peine visible apparaissait.

- Réassemblage.

Le bras mécanique du soldat tendu vers lui se mit alors à trembler légèrement pour se désassembler. Les pièces le composant flottaient dans les airs, se rapprochant les unes des autres pour prendre la forme d'une arme à feu.

Un coup de feu retentit, comme un point final à la conversation. Logan ricana doucement, amusé de lui-même et de sa tirade autobiographique digne d'un méchant de cinéma. Puis, tournant lentement les talons, il s'en alla silencieusement.




Présentation IRL -

Pseudo : Logan
Âge : 25 ans
Comment as-tu rejoins le Forum ? Top y'a longtemps maintenant !
Code du Forum : Validé !!


Dernière édition par Wallace D. Logan le Mer 10 Aoû - 2:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Wallace D. Logan
Caporal
avatar
Messages : 716
Date d'inscription : 31/12/2013
Age : 26

Feuille de personnage
Puissance: 610
Niveau Réputation: 4
Berrys: 2 000 000

MessageSujet: Re: Prêt à rouler des mécaniques ! < Terminée>   Mer 10 Aoû - 1:56

Et voilà un petit message à supprimer après pour dire que j'ai bien terminé vu que l'édit ne se signale pas de lui même !

Au plaisir de rapidement vous rejoindre à nouveau !
Revenir en haut Aller en bas
Jigoku D. Shirotsune
Caporal
avatar
Messages : 1992
Date d'inscription : 20/07/2013
Age : 27
Localisation : Un asile, sur une île dans l'océan pacifique.

Feuille de personnage
Puissance: 700
Niveau Réputation: 2
Berrys: 3 000 000

MessageSujet: Re: Prêt à rouler des mécaniques ! < Terminée>   Mer 10 Aoû - 11:01

Bienvenue sur OPL

○ Orthographe : 130/150
○ Longueur : 150/150
○ Originalité : 220/300
○ Total : 500/600

○ Réputation : Niveau 4
○ Berrys : 2 000 000 de Berrys

○ Commentaires : Par où commencer... c'est bien écrit, mais j'ai noté quelques fautes. Notamment au niveau des traits d'union, tu les as tous oublié je crois ! C'est trois fois rien, mais vu que c'est récurent, je le signale. Pour le reste, quelques fautes d’inattention ici et là, rien de grave. Maintenant l'histoire, elle est très plaisante à lire, même si tu ne fais que survoler la vie de ton personnage, le final est vraiment sympa. Détaillés certains points auraient été appréciable, mais vu que c'est ton personnage qui raconte, j'imagine que ce n'était pas la meilleure option.
Tu commences ton aventure avec 610 de Puissance (500 Note Présentation + 60 Bonus Marine + 50 Bonus Anniversaire) et 2 000 000 de Berrys. Pour le Ope Ope no mi, c'est OK, en revanche pense à bien décrire ton Style de Combat sur la FT, mais pour ça, je te fais confiance.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Prêt à rouler des mécaniques ! < Terminée>   

Revenir en haut Aller en bas
 

Prêt à rouler des mécaniques ! < Terminée>

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Rouler des mécaniques, c’est une maladie d'homme [PV Odédé][Avril 125]
» qui vien rouler a dunkerke ce weed end?
» Preval est-il en train de rouler Alexis?
» Personne à Vitrival??
» Zoutleeuw

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Avant de partir à l'aventure :: Présentation :: Marines validés-