Partagez | 
 

 Agnes, la brise du grand Nord [Validé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Agnes Khun
Civil
avatar
Messages : 386
Date d'inscription : 08/12/2013
Age : 20
Localisation : En cours, veuillez patientez ...

Feuille de personnage
Puissance: 530
Niveau Réputation: 3
Berrys: 2 000 000

MessageSujet: Agnes, la brise du grand Nord [Validé]   Jeu 21 Juil - 21:20

Surnom : L'éclair Blanc, The Ruler
Âge : 18 ans
Lieu de naissance : North Blue
Race : Humain
Camp : Civil
Capacité : Goro Goro no mi
Métier : Médecin

Khun
Agnes
Les vainqueurs l'écrivent, les vaincus racontent l'histoire
S’il fallait choisir 5 adjectifs pour décrire Khun ce serait sans hésiter cela : Déterminé, Intelligent, Sensible, Versatile, Calculateur. Chaque acte et attitude de notre jeune homme découle quasiment exclusivement de l’un de ces 5 qualificatifs. La psyché d’Agnes est semblable à une œuvre d’architecture. Logique, scrupuleuse avec pour fondation ces 5 fondamentaux, telle une tour ou une forteresse la logique droite et implacable de notre adolescent n'admet aucun défaut. Aux premiers abords il est presque toujours quelqu’un de très amical et souriant ce qui lui a toujours valu une bonne réputation. Bien éduqué, plutôt charmant et poli c’est l’archétype du gendre parfait, celui dont tous les parents rêveraient. Néanmoins ne vous y trompez pas, la raison pour laquelle il est de bonne compagnie est tout autre effectivement il ne voit en la plupart des gens que des vecteurs pour ses desseins. Ainsi, plus il est apprécié, plus il est simple pour lui de profiter des plus d’un tout un chacun sans même éveiller les soupçons et de retourner avec une facilité déconcertante les ires de ses connaissances contre les malheureux qui osent se dresser contre lui. Sous ses airs d’Adonis il n’en reste pas moins quelqu’un d’impulsif et de versatile. Oui, si quelque chose ne se déroule pas comme il l’avait prévu alors il lui arrive de perdre son calme. C’est dans ses rares moments que l’on peut réaliser que malgré tout il ne reste qu’un adolescent. Lui qui est pourtant si calme peut alors devenir nerveux ou céder à la colère en une fraction de seconde avant de se reprendre. Charismatique Agnes est semblable à une paire de menotte : Cruellement attachant. Quand bien même vous seriez vexé ou froissé par ce jeune homme, il ne lui faudrait pas longtemps pour retourner dans vos grâces tant il a de qualité. Drôle, protecteur et attentionné il n’hésite pas à se sacrifier lorsqu’il le juge utile ou nécessaire. Oui, même les êtres froids et calculateurs comme notre adolescent sont capable d’altruisme lorsque la cause leur est chère. Les quelques rares personnes ayant réussi à réellement sympathiser avec lui vous le diront, sous cette carapace, que dis-je, sous cette forteresse de glace impénétrable, sous les innombrables masque qu’il enfile avec aisance, sous la froideur de sa logique, Agnes est sensible. Oui, l’envers du décor est tout autre, et peut être ne s’est-il construit toutes ses remparts que dans l’unique but de ne plus être atteint. Qui sait ?

Si vous avez déjà croisé Agnes alors cela ne vous étonnera pas de savoir qu’il voue un quasi culte pour la couleur bleue. Le bleu et tous ses dérivés, toutes ses teintes, toutes ses nuances bref, le bleu sous toutes ses coutures. Elle est selon lui la couleur la plus abstraite. Le bleu c’est quoi ? Le ciel, la mer en somme donc, l’infinité comme le vide. De ce fait il est capable de rester des heures durant à rêvasser. Être juste posé à un endroit, et penser. Regarder hagard les nuages ou les remous de l’océan, le cliquetis d’un étang, le tumulte d’une averse, ou la nature se parsemant lentement d’un manteau blanc. Agnes est quelqu’un de très clame et simple, cela se retrouve jusque dans ses goûts qui sont sommes toutes des plus basiques. Amateur de grands  « Classiques » il a délaissé très tôt les musiques actuelles pour fredonner des airs de jazz, de blues ou de classique parfois même. S’il doit choisir entre une partie de football ou de basket et un bon livre, soyez en sûr il choisira de bouquiner en paix à condition bien sûr que cela soit adapté à la situation. Relativement discret il n’est pas du genre à vouloir se démarquer ou attirer l’attention sur lui. Bon n’allez pas croire non plus que c’est un mollasson, bien que ces quelques lignes dépeignent plus le comportement d’un adolescent introverti et insociable sur les bords c’est tout le contraire d’Agnes. Jovial il sera toujours partant pour n’importe qu’elle activité du moment qu’il est bien entouré ( Et je n’entends pas par là uniquement de fille hein ! ) S’il est vrai qu’il n’irait pas de son propre chef faire des montagnes russes, du paintball ou s’inscrire dans un club de salsa c’est pourtant des situations auxquelles il s’est prêté avec plaisir lorsqu’elles se sont présentées à lui.

Dire qu’Agnes a les yeux bleus serait un pléonasme. Non seulement c’est la première chose que l’on remarque chez lui à coup sûr mais en plus de cela il prend un coquet plaisir à toujours être accordé avec ceux-ci. Il faut dire qu’avec une chevelure allant de pair il fallait au moins ça pour bien le vivre. Aussi longtemps qu’il s’en souvienne Agnes avait toujours eu les cheveux d’un bleu pâle tirant sur l’argenté. Sur quelques rares photos d’enfance sa tête de chérubin était effectivement surmontée de boucles blondes mais cela s’arrêtait là. Les deux joyaux qui trônaient sur le visage de notre jeune homme était la chose qu’il avait de plus particulier, ce qui le différenciait des autres et donc ce qu’il mettait en valeur. Parfois bleu comme la voûte céleste ou l’infinité de l’océan, parfois sombre comme la nuit noire ou froid comme le blizzard du grand Nord, c’était la pièce maîtresse de notre jeune homme. En dehors de cela il était un adolescent lambda. Assez grand ( Le mètre 80 peut être un peu plus ), il avait une peau blanche et pure comme la neige. Le moins que l’on puisse de c’est que la puberté l’avait épargné, et pas seulement au niveau de l’acné. Imberbe comme un nouveau-né, il n’y avait pas l’ombre d’un début de commencement de pilosité aussi bien sur son visage que sur son corps et il s’en accommodait fort bien. Agnes n’avait jamais été du genre « Super athlète » et de ce fait il n’était pas un de ces grands espadons « baraqué » juste ce qu’il faut et encore. De toute façon il n’avait pas à vocation de devenir bûcheron, ouvrier ou n’importe quel métier qui aurait été susceptible d’abimer ce corps. Ses mains étaient vierges de toutes traces d’efforts, douce comme la soie elles s’accordaient parfaitement avec le reste du tableau dressé. Tout chez Agnes semblait dégager l’impression d’être intact, comme s’il n’avait jamais eu à affronter la réalité de la vie.
Agnes. Dans la plupart des cultures c’est sans conteste un prénom féminin, néanmoins sur la Mer de North Blue c’est le nom d’un émérite guerrier. L’histoire transmise de génération en génération voudrait qu’il ait défendu à lui seul sa femme qui était en train d’accoucher dans l’encolure d’une grotte d’une meute de loup et ceci avec en tout et pour tout un couteau s’il vous plait. Si je connais cette histoire à la virgule près ce n’est pas parce que j’y crois mordicus mais simplement car ma famille se veut être sa descendance. Avec un tel ancêtre mon père avait déjà de grand dessein pour moi. Il m’imaginait déjà entrer dans l’armée et m’illustrer, ou faire fortune de façon plus ou moins légale bref, n’importe quelle façon qui eut permis à la famille de continuer à rayonner de plus belle. De là où je viens on ne s’embêtait pas avec l’éthique, seul le résultat comptait et mon père en était le parfait exemple. Afin de s’assurer un gendre digne de porter son nom il avait planté la graine de la vie à plusieurs reprises dans pas moins de 5 femmes différentes. Conquêtes qu’il gardait soigneusement auprès de lui ce qui donnait au domaine ( l’endroit où nous vivions ) un arrière-goût de secte. 1 homme pour 5 femmes entièrement dévouées à lui. Cependant ne vous méprenez guère. Chacune d’entre elle en plus d’être consente n’aspire qu’à une chose : Devenir l’épouse de notre père et pour se faire, une seule solution, lui donner le gendre « parfait ». C’était la seule condition à remplir pour porter le nom de notre père et avoir accès à sa richesse quasi-illimitée. Ainsi il s’engageait à élever et éduquer le fruit de sa semence, en contrepartie nous devions nous illustrer avant notre dix-huitième année. Ceux et celles qu’il jugeait digne obtenait le droit de continuer à vivre sur le domaine jusqu’à ce qu’il les départage d’une manière ou d’une autre. Quant aux non élus ils devaient tout bonnement quitter ce cadre de vie idyllique sans aucunes autres formes de procès.

Il régnait donc une concurrence malsaine au sein du domaine car chaque mère n’aspirait qu’à placer son fils ou sa fille sur le « trône ». Bien que techniquement tous demi-frère ou sœur il était loin de régner une harmonie à l’intérieur de ces murs. Pour ma part je compris très tôt que je ne ferais pas l’affaire. J’étais plus du type intellectuel disons. Alors que la plupart de mes frères passaient leur temps libre à s’entrainer à l’endurance ou l’escrime, je préférais de loin réviser des gammes et des arpèges en compagnie de Maria. Maria c’est ma sœur, ma vraie sœur. Pour elle ? Je donnerai tout. Si je n’avais aucune chance de faire l’affaire ce n’était pas son cas. Gracieuse et intelligente elle avait toutes les chances de devenir la fille « officielle » de notre père. Bien sûr la concurrence était rude, chez les filles plus encore car elles avaient moins de manière de se distinguer. Je ne compte plus les heures entières passées à élaborer les meilleures conversations, à travailler sa démarche, à réviser ses accords. De mon côté je m’en sortais tant bien que mal, toujours dans la moyenne sans jamais m’illustrer en dehors des rares fois où il s’agissait de culture. A ça oui, piano, violon, littérature personne ne m’arrivait à la cheville mais ce que notre père voulait dans l’immédiat c’était un fier étalon, pas un rat de bibliothèque et pourtant force et de constater au fil des années que notre tandem fonctionnait. J’aidai Maria à gravir les échelons au sein de la famille et elle veillait à me garder dans les bonnes grâces de notre père. J’étais l’ombre, elle était la lumière. Plus elle rayonnait, plus je gagnais de points voilà tout. Tous les moyens étaient bons pour arriver au sommet et c’était la manipulation était le nôtre.

Pourquoi se tuer à la tâche alors qu’il nous suffisait simplement de se servir des autres pour l’atteindre ? De toute la fratrie nous étions les plus diplomates, alors même que nous aurions dû être détestés de tous pour notre façon atypique de gravir les échelons, nous parvenions non sans mal à nous faire apprécier de tous. S’il fallait prendre sur son temps pour aider quelqu’un je m’en chargeais. S’il fallait passer son tour pour permettre à quelqu’un qui en avait besoin de pratiquer plus longtemps, je me privais. Sportif, confident, cordon bleu, virtuose aucune « casquette » ne me semblait trop dure à supporter. Aussi longtemps que cela n’empiétait pas sur la voie royale de ma sœur il n’y avait pas de problème. Bien que portant constamment le masque du « gentil »frère tous apprirent très vite qu’il ne fallait pas chercher de noise à Maria. Capable en un instant de sauter du coq à l’âne ma jovialité cédait place à une froideur et une détermination implacable si je jugeais qu’il pouvait y avoir le moindre accroc dans mon plan. Imprévu qui arriva de la manière la plus imprévue qu’il soit.

6 mois avant ma majorité je me suis mis à perdre goût à tout. Alors même que nous étions Maria et moi sur la voie pour triompher plus rien ne me motivait c’est comme si j’avais perdu goût à la vie, j’étais perdu dans un océan morose m’enfonçant chaque jour un peu plus dans cette abysse vide de tout sentiment. Du fond de ce gouffre comme une lueur d’espoir Maria me permettait de ne pas décrocher, de ne pas sombrer totalement c’était la lumière de la rédemption. Il me devenait de plus en plus dur de m’activer, moi qui avait toujours était quelqu’un d’actif j’étais comme quelqu’un d’autre, quelqu’un de différent. Finis les casquettes je laissais libre cours à mon caractère impulsif, la moindre requête était accueilli par les aléas de mes humeurs. Incapable de voir plus loin que le bout de mon nez je refusai même d’obéir à mon père lorsque je n’avais pas la tête à cela. Bien entendu il ne fallut pas longtemps pour que je devienne l’indésirable, plus personne ne m’adressait la parole de peur de se faire invectiver, même Maria n’était plus à l’abri de mes sautes d’humeur. Je m’en voulais cruellement, j’avais toujours était là pour elle et sans moi les chances de Maria étaient drastiquement réduite, il fallait que cela cesse, qu’est-ce que c’était ? Un mauvais sort ? Une malédiction ? La crise de la quarantaine ? J'étais sacrément précoce dans ce cas ! De toute façon un beau matin alors que je gisais comme une loque sur mon lit la solution m’apparu. Il était simplement temps pour moi de prendre mon envol. Ce cadre de vie toxique que j’avais expérimenté était simplement en train d’avoir raison de moi, il fallait que je mette les voiles au plus vite si je souhaitais reprendre goût à la vie. Devenir le gendre officiel qu’à cela ne tienne, je m’illustrerais et bâtirais mon propre empire seul s’il le fallait. Comme on le dit, tous les chemins mènent à Rome.

Ca y est ma décision était prise, sans autre forme de procès je décidai qu’il était désormais temps pour moi d’aller voir ailleurs si l’herbe était plus verte. Et comme mon père me l’avait souvent répété « Sois le meilleur dans les chiffres ou la lettre ». Derrière cette phrase anodine se trouvait en réalité un pan entier de notre vie et philosophie. Les « lettres »représentent ici les fonctions « nobles » tel que haut fonctionnaire et autres sphères politique. Les « chiffres » la partie immergée de l’iceberg. Réussir dans la vie par n’importe quel moyen même si cela entendait de passer du « mauvais côté » de la ligne. Après tout qu’est-ce que c’était le bien, qu’est-ce que c’était que le mal ? Deux concepts créés par l’homme pour tenter de régir le monde, en somme rien d’absolu. Les grands de ce monde sont souvent affiliés de près ou de loin à ce milieu de toute façon mais moi, je comptais faire mieux oui. « Sois le meilleur dans les chiffres ou la lettre », et pourquoi pas être le meilleur dans les chiffres ET la lettre ? L’histoire avait déjà connu de nombreux scandale politique, des personnalités prises la main dans le sac entrainant nombres de têtes dans leur descente aux enfers. Qu’à cela ne tienne cela me servirait de leçon. Quitter le foyer, mettre un pas dans le monde politique, un second dans le monde de la nuit, s’occuper de la concurrence puis enfin, régner. Mon plan était simple, claire et sans fioriture. Il ne me fallut pas beaucoup de temps pour me faire enrôler en tant que secrétaire du précepteur du coin, quelques coups d’escargophones tout au plus et le problème était réglé. D’abord étonné lors de mes premières apparitions ( on avait pas pour habitude de voir des membres de la famille Khun en dehors de leur domaine et encore moins à la botte de quelqu’un) ravi mon supérieur répété à qui voulait l’entendre que c’était un honneur pour moi de servir sous ses ordres et de gagner mes galons à la dure, tandis que c’était un honneur pour lui de servir mon patriarche. Si seulement il savait ce que j’avais derrière la tête …



Présentation IRL -

Pseudo : Zack Fair
Âge : 19
Comment as-tu rejoins le Forum ? Un vieux de la vielle je peux dire maintenant
Code du Forum : Validé !!


Dernière édition par Agnes Khun le Dim 24 Juil - 14:55, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Jigoku D. Shirotsune
Caporal
avatar
Messages : 1992
Date d'inscription : 20/07/2013
Age : 27
Localisation : Un asile, sur une île dans l'océan pacifique.

Feuille de personnage
Puissance: 700
Niveau Réputation: 2
Berrys: 3 000 000

MessageSujet: Re: Agnes, la brise du grand Nord [Validé]   Ven 22 Juil - 10:31

Bienvenue sur OPL

○ Commentaires : Tu es un ancien membre et tu possédais le Goro, mais il va falloir faire un effort sur l'histoire. Pour qu'elle soit au niveau du Goro, parce qu'en l'état, ce n'est pas possible.
Relis toi et corrige les fautes qui traînent, certaines sautent aux yeux. D'autres, un peu moins, mais essaye de corriger un maximum. La ponctuation n'est pas parfaite, mais au pire, ce n'est qu'un détail. Le point où j'aimerais que tu travailles, c'est la longueur, essaye de développer un peu. C'est court pour un Fruit comme le Goro.

Je repasserais quand tu auras fait les changements, sauf... si tu décides de garder en l'état, mais dans ce cas, choisis un autre Fruit ou un autre Style. Je vais être franc, il ne manque pas grand chose pour que tu obtiennes le Goro, aller, un effort !!
Revenir en haut Aller en bas
Agnes Khun
Civil
avatar
Messages : 386
Date d'inscription : 08/12/2013
Age : 20
Localisation : En cours, veuillez patientez ...

Feuille de personnage
Puissance: 530
Niveau Réputation: 3
Berrys: 2 000 000

MessageSujet: Re: Agnes, la brise du grand Nord [Validé]   Dim 24 Juil - 12:01

Ca y est c'est fait, relecture et ajout d'une vingtaine de ligne à la fin de l'histoire

Revenir en haut Aller en bas
Jigoku D. Shirotsune
Caporal
avatar
Messages : 1992
Date d'inscription : 20/07/2013
Age : 27
Localisation : Un asile, sur une île dans l'océan pacifique.

Feuille de personnage
Puissance: 700
Niveau Réputation: 2
Berrys: 3 000 000

MessageSujet: Re: Agnes, la brise du grand Nord [Validé]   Lun 25 Juil - 15:20

Bienvenue sur OPL

○ Orthographe : 120/150
○ Longueur : 120/150
○ Originalité : 200/300
○ Total : 440/600

○ Réputation : Niveau 3
○ Berrys : 2 000 000 de Berrys

○ Commentaires : Bon, bon, bon... c'est un peu mieux niveau longueur, même si c'est toujours pas renversant ! Dans l'ensemble, l'histoire est bien, mais ça aurait mérité d'être plus développée et plus travaillée sur certains aspect, ce qui aurait fait grimper quelques notes au passage. Toujours quelques fautes qui se baladent, mais j'en ai vue moins. Un personnage intéressant qui, j'espère, se développera en RP, car ce n'est pas fait dans l'histoire et c'est dommage.

Pour conclure, tu obtiens 530 de Puissance (440 Note Présentation + 40 Bonus Camp + 50 Bonus Anniversaire) et 2 000 000 de Berrys. Pour le Fruit, c'est OK, mais encore un peu juste, donc faudra faire des efforts INRP, c'est le Goro quand même !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Agnes, la brise du grand Nord [Validé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Agnes, la brise du grand Nord [Validé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Grand Nord - Faust [J]
» Grand Nord - Blizzard [X]
» Maelle. || Grand-Nord [J]
» Récapitulatif des rituels
» ~ Keylie - Grand Nord [LIBRE]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Avant de partir à l'aventure :: Présentation :: Civils validés-