Partagez | 
 

 ○ La grâce du cygne, Premier Sergent Holy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Davy Jones
Maître du Jeu
avatar
Messages : 67
Date d'inscription : 12/07/2013

Feuille de personnage
Puissance: 0
Niveau Réputation: 0
Berrys: 0

MessageSujet: ○ La grâce du cygne, Premier Sergent Holy   Lun 3 Mar - 19:09

La grâce du cygne
Dès que vous posez un pied sur le sable blanc de l'île, vous sentez un étrange frisson vous parcourir. L'imposante gueule à l'entrée de Kobokana suffit pour poser le décor. Les hauts murs de pierres laissent imaginer ce que fut jadis cet endroit. Dans ces mêmes murs, vous pouvez voir des entailles profondes, comme si des créatures féroces avaient voulu attaquer cet endroit. Malgré cette ambiance étrange, il n'y a personne… enfin, façon de parler. Aucun Marine à l'horizon ou bien Agent du Gouvernement. En revanche, des pirates, il y en a beaucoup. Vous comptez au moins une vingtaine de personnes autour de vous. Vous en reconnaissez certains, parce que vous les avez croisés ou bien que vous avez vu leur avis de recherche. Bien que vous soyez entourés de pirates, vous ignorez si ce sont des ennemis ou des alliés. En tout cas, hors de question de partager le butin, si butin il y a toujours. Car cet étrange frisson est toujours là et ce n'est pas le décor chaotique qui en est le responsable. Vous avez un étrange sentiment. Une présence malsaine vous observe, vous pouvez sentir son regard glacial sur vous, sans pour autant le voir. Puis l'endroit est beaucoup trop calme, ça sent le piège, mais il est trop tard pour reculer. Soudain, un homme apparait assit sur le crâne de l'entrée. Il porte un costume noir, associé à un chapeau sur une chevelure verte. Sans pouvoir mettre de nom sur lui, vous en avez déjà entendu parler. Un pirate ? Non. Un Révolutionnaire alors ? Non. Puis soudain ça vous revient, mais vous auriez préféré que ça soit une erreur. Il confirme vos pensées lorsqu'il se présente à vous.

- Bienvenue sur Kobokana amis forbans, je me présente, Jericko, numéro deux du Gouvernement. Ravi que vous ailliez pu vous libérer pour me rejoindre, la partie ne pouvait pas commencer sans vous. Le but du jeu… c'est de survivre, vous vous en sentez capable ? Oh une dernière chose… n'essayez pas de fuir ou bien ma flotte se fera un plaisir de vous détruire.

Il parle trop, il est arrogant et agaçant avec son petit sourire narquois. Il termine à peine sa phrase qu'il disparait instantanément sous vos yeux. Il n'est plus question de reculer maintenant, c'est dans la gueule du loup que vous vous êtes jetés. Certains pirates ne perdent pas une seconde de plus et entre, tandis que d'autres attendent sagement, afin d'élaborer un plan…

Kobokana est un véritable labyrinthe et vous vous retrouvez rapidement séparer de vos compagnons. C'est alors que vous croisez d'autres pirates, tout aussi perdu que vous. Une seconde de réflexion et vous vous demandez si le but n'est pas de ce petit jeu n'est pas de survivre face aux autres pirates. Le Gouvernement est assez tordu pour jouer ainsi avec la vie des gens, surtout lorsque ce sont des pirates. Vous entendez une voix ou plutôt, les plaintes d'un homme. Vous cherchez, mais vous ne trouvez rien, jusqu'à ce que… au-dessus de vous ! Sur le toit d'un des immeubles, un homme portant un fleuret à la ceinture vous regarde avec mépris.


- C'est pour "ça" que l'on me fait déplacer ? Douseiaisha Taiyoo va en entendre parler, moi, Holy, Premier Sergent, je ne devrais pas me déplacer pour ces êtres méprisables...

Son nom vous suffit pour savoir de qui il s'agit. Douseiaisha Taiyoo est l'un des Shichibukai, un ancien pirate, aujourd'hui à la solde du Gouvernement. Bien que l'équipage du Grand Corsaire vous soit inconnu, si cet homme est le Premier Sergent, c'est qu'il a un certain talent pour s'imposer au sein d'un tel équipage…
   
Ordre de Passage : Indy Fawn - Tatsuo Naoku - Gallen - Pinocchio - Lobos
Note : Délais fixé à 48H - Deux absences non justifiés et c'est l'exclusion de l'évent -
   
Revenir en haut Aller en bas
Indy Fawn
Pirate
avatar
Messages : 214
Date d'inscription : 07/12/2013
Age : 23

Feuille de personnage
Puissance: 4305
Niveau Réputation: 7
Berrys: 134 100

MessageSujet: Re: ○ La grâce du cygne, Premier Sergent Holy   Mer 5 Mar - 23:03

Bievenue aux Hunger Games ! Et puisse le sort vous être favorable.
Bah bravo, ma fille. T'as trouvé le moyen de te fourrer dans un piège gros comme une montagne, en allant sur cette foutue île de Kobokana, pensa Indy en marchant dans les fourrés d'une forêt de l'île.

Bêtement, elle avait suivi une rumeur qui disait que quelque chose d'étrange se passait sur cette île, et sa soif d'aventure avait repris le dessus. Du coup, elle avait pris le premier bateau qui lui venait sous la main, en quittant l'île de West Blue où elle avait retrouvé Saizou et rencontré ceux qui allaient constituer l'équipage de son compagnon avec elle. Chacun était parti de son côté à la recherche de sensations fortes et de Marines à massacrer pour faire augmenter - un peu - sa prime, et Indy s'était retrouvée en partance pour cette étrange île.

Quand elle arriva sur l'île, elle se sentit aussitôt mal à l'aise. Comme si elle était observée par quelqu'un, ou quelque chose. Bon, d'accord, elle n'était pas arrivée toute seule, d'autres pirates étaient arrivés en même temps qu'elle. Mais ceux-là, même si certains avaient l'air louche très clairement, semblaient à peu près être au même point qu'elle, à se sentir observés comme des animaux en cage.

Après l'allocution d'un certain Jericko, agent du Gouvernement, qui leur demanda s'ils étaient capables de survivre - car tel était le but du "jeu" - certains pirates s'étaient engouffrés aussitôt dans la forêt devant eux, tandis que d'autres, comme Indy, étaient restés en retrait le temps de réfléchir à la question de savoir s'il fallait les suivre, ou non. Notre brunette se décida à y entrer à leur suite, pour en arriver à se perdre dans les fourrés. Elle n'avait aucun sens de l'orientation, elle n'y pouvait rien !

Bref, voilà où elle en était. Perdue au milieu d'une forêt. Elle continua à marcher, droit devant elle, espérant croiser un quelconque signe de vie. Heureusement, elle réussit à retrouver d'autres pirates, tout aussi perdus qu'elle, mais inconnus au bataillon. Tant pis, elle ferait avec... Une voix au-dessus d'elle la fit sursauter :

C'est pour "ça" que l'on me fait déplacer ? Douseiaisha Taiyoo va en entendre parler, moi, Holy, Premier Sergent, je ne devrais pas me déplacer pour ces êtres méprisables...

Indy haussa un sourcil : certes, elle connaissait Taiyoo de réputation - ancien pirate à la solde du Gouvernement, donc qui en imposait forcément -, mais elle ne s'attendait absolument pas à tomber sur son Premier sergent en ce lieu... Elle regarda ses collègues de galère : les ennuis commençaient réellement...

©Didi Farl pour Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Djoko Montana
Pirate
avatar
Messages : 159
Date d'inscription : 25/09/2013
Localisation : East Blue : Baratie

Feuille de personnage
Puissance: 2 060
Niveau Réputation: 4
Berrys: 2 160 000

MessageSujet: Re: ○ La grâce du cygne, Premier Sergent Holy   Lun 10 Mar - 23:04

Le capitaine des barbes noires (Barry) avait eu l'idée de venir sur cette île. Il avait expliqué au reste de l'équipage, l'étrange rumeur qui régnait en ces lieux. Ce jour là, Pinocchio Tête-En-L'air était comme à son habitude ailleurs, rêvant d'enfin parcourir les îles célestes. Un de ses plus grands rêves. Il avait acquiescé tout ce qu'avait dit Barry sans même en étudier un mot. C'était du Pinocchio tout craché, vous en conviendrez aussi. Ainsi, ils avaient pris la direction de cette île avec deux nouvelles recrues dont un type que Pinocchio prenait pour une vache. Il l'aimait bien et imitait parfois cet être vivant dans sa façon de faire. Comme par exemple boire des bouteilles de lait. Mais il n'avait pas la même capacité de ce Lobos qui buvait d'une traite une bouteille de lait à lui seul. Fortiche non ? Pinocchio avait arrêté de l'imiter ... C'était trop dur.

Les barbes noires étaient non loin de l'île lorsque des courants marins forcèrent le petit bateau à accoster sur Kobokana. C'était inévitable. Ça ne présageait rien de bon cet endroit sinistre et malsain. A peine accosté, la structure de l'île ne permettait pas de se déplacer tous ensemble. En effet, de nombreux chemins parcouraient l'endroit. Barry avait ordonné la dispersion pour découvrir les lieux plus rapidement. Ça n'avait pas plu au jeune homme armé d'un fourreau sans épée dedans. Lui préférait la joie du groupe, il fonctionne comme ça, plus on est de fous plus on rit.

Ne voulant pas être seul, il prit sans que Barry le voie, le chemin de Lobos. Il adorait cette vache et était persuadé que s'en était une, même si elle parlait. Des fois il voulait apprendre la langue des vaches et lâchait des Meeeeeeuh à tout va, vers son compagnon Lobos qui devait sûrement le trouver agaçant. Mais il avait arrêté par ennui, cependant il le prenait toujours pour une vache et en avait fait son compagnon principal. Ce n'était peut être pas la même chose de son coté ... Il vaut mieux en rire après tout. Lobos et Pinocchio arpentaient le chemin qui menait presque à la forêt. Pico' regardait la route défiler sous ses pas. Lorsqu'il leva la tête, il était entouré de plusieurs autres pirates. Il les observa avec son sourire habituel, ne doutant même pas que ce sont des pirates.

- Salut la compagnie, les salua t-il d'un geste de la main.

Mais soudain son sourire s'effaçait. C'était plutôt rare chez lui. Au point que quand il le faisait c'était sans doute pour une bonne raison. Il était mal à l'aise, très mal à l'aise. Une mauvaise présence se faisait deviner. L'air était tendu, une pression régnait entre tous ces pirates. Pinocchio observa attentivement l'entrée de la forêt. La présence était obligatoirement dans celle-ci car aux alentours ce n'étaient que des pirates. En effet, il se sentait épié, piégé comme une souris attrapant son bout de fromage. Et épié par une mauvaise personne. Ça il en était certain, pourtant Pinocchio n'était pas doué pour voir à travers les gens s'ils étaient plutôt bons ou mauvais. Si Pinocchio avait deviné cette mauvaise présence, je vous dis pas pour les autres. Le niveau d'alerte était de plus en plus fort, comme si la puissance ennemie s'apprêtait à faire face. Pinocchio qui avait entendu un très bref mouvement dans les feuillages des arbres, lança une pierre de toutes ses forces vers celui-ci.

Soit la pierre avait touché la présence malsaine, soit elle l'avait manqué. Mais elle devait retomber ensuite. Étrangement, la pierre n'était pas retombé. Quelques secondes après, à un endroit complètement différent, un homme qui cachait miraculeusement sa présence laisse un discours. Depuis combien de temps était-il là ? En tout cas Pinocchio ne comprit rien à son charabia. Jeu ? Survivre ? Fuir ? Qu'est-ce que pouvait bien raconter cet homme en costard dont le chapeau cachait le haut de ses cheveux verts. A peine exprimé, le type disparaît dans les feuillages. Quel malpoli !

Pinocchio aurait peut être pu deviner qu'il était en plein dans un piège s'il n'avait pas entendu SON mot magique, " jeu ". Le reste, il s'en balançait. Pour lui ça ressemblait bien à un parcours qui menait à un trésor ou le premier arrivé était le premier servi. C'était l'esprit du jeu qui le motivait. L'esprit de la compétition. Jamais Pinocchio, ce jeune homme un peu enfant, n'aurait pensé qu'il s'agirait de survivre à un piège ou était bêtement rentré son capitaine. Donc ne nous cachons pas que ce Pinocchio se hâta de suivre le chemin en rentrant dans la forêt pour arriver le premier. Il marcha vite puis vint même à courir. Et c'est dans un espace vide ou se trouvait quelques bâtiments, que la suite du " jeu " se justifiait. Placé en haut d'un de ces bâtiments, un homme portant un fleuret à la ceinture regarda le groupe qui se reformait à son allure, avec mépris.

- C'est pour "ça" que l'on me fait déplacer ? Douseiaisha Taiyoo va en entendre parler, moi, Holy, Premier Sergent, je ne devrais pas me déplacer pour ces êtres méprisables ...

Sergent ? Pinocchio était ravis de voir que le " jeu " en question était d'une réalité surprenante. Finalement, il remerciait son capitaine dans sa tête, de l'avoir fait participé à ce jeu. Il comprenait pourquoi Barry avait parlé de piège ou de choses comme ça. Tout depuis le début était un jeu dont Barry les y avait fait " jouer ". La réalité était tout autre et comme d'habitude, Pinocchio s'était imaginé un scénario bien différent de la cruelle réalité. Il fit une tape à Lobos, lui sourit et lui dit :

- Etant donné que " l'arbitre " n'a pas donné de règles, formons un duo pour battre ce sergent. Je sais pas si on à le droit de s'attaquer à plusieurs sur lui mais l'arbitre n'avait qu'à disparaître comme ça. Il me plait ce jeu, je remercierais Barry à la fin de m'en avoir fait la surprise.

....................................
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: ○ La grâce du cygne, Premier Sergent Holy   Mar 11 Mar - 0:55

Quand l’ange-vache avait décidé de rejoindre Barry en tant que médecin,  il savait que son futur ne serait pas de tout repos, mais il ne pouvait pas prévoir une chose : Pinocchio. Alors non seulement il avait une dégaine de joyeux luron (oui parce qu’il ne s’arrêtait jamais de sourire comme un parfait abruti), et qu’il fouinait un peu trop (BEAUCOUP) partout où il allait. Mon dieu. Bon, au début ça pouvait être marrant, le mec essayait même de surpasser l’incontestable buveur de lait qu’était Lawrence, et ce sans succès. Mais quelques fois, alors qu’on essayait d’avoir un peu de tranquillité (dieu merci), il n’était pas rare que Lobos soit en pleine phase d’élaboration de nouveaux concepts pharmaceutiques, quand tout d’un coup il sentait une présence très maladroite derrière lui qui tentait de l’imiter… une présence qui avait le don spécial d’énerver l’ange-vache, une grosse veine se dessinait sur son front et il grinçait les dents.
Au final, ça se terminait toujours de cette façon…


*PAFPAFPAAAAAAF* PINOCCHIO SI TU R’COMMENCES JT’EN METS 4 AUTRES !!! T’AS COMPRIS ??!!!

… et le pauvre Pico partait complètement défiguré par trois énormes bosses… c’est dingue mais, plus le temps passait et plus on aurait dit qu’il ne comprenait rien à rien. Bon dans tous les coups ça permettait de se défouler, même si parfois le jeunot était vraiment très agaçant… et pis parfois il lui parlait en lançant des meuglements… au début Lobos n’avait pas vraiment compris à quel point ce mec débloquait totalement, mais quand il avait compris qu’en réalité il s’adressait à lui… bon vaut mieux passer tant de scènes de violences après tout, y a des enfants qui lisent ?!
Barry avait décidé de mettre le cap sur l’île de Kobokana. Un choix qui avait surpris Lobos, puisqu’elle se situait sur la West Blue. Barry expliquait alors qu’il avait entendu une rumeur sur laquelle cette île abriterait une arme dont le potentiel de destruction serait tel qu’il  serait capable de réduire en une fraction de seconde la plus grande des forteresses de la marine. Mais cette rumeur pouvait aussi, selon ses dires, n’être qu’un piège du gouvernement, afin qu’il puisse espérer mettre au fer un bon nombre d’hors-la-loi. Dites moi quel genre d’ennemis du gouvernement une telle information n’attirerait pas ? Lawrence ne connaissait pas les vraies motivations de son capitaine vis-à-vis de l’arme en question, mais lui était intéressé. Mais il était évident que l’hypothèse du piège était vraie, étant donné les circonstances de l’entente d’une telle rumeur. Celle-ci lui rappelait la fameuse légende d’Omnoss, une histoire en rapport avec la création de la ville céleste dont il est originaire, il y a plus de 700 ans. Un monstre qui existerait encore, mais qui aurait disparu quelque part dans le monde. Mais ce dont Lobos était sur, c’était qu’Omnoss ne pouvait pas l’arme se situant sur l’île de la West Blue.



[…]


C’est vraiment désagréable, cette sensation d’être continuellement regardé…

Disait l’ange tout en se désaltérant d’une énième bouteille de lait. L’endroit était glauque, sombre, et pas franchement accueillant pour ne pas dire hostile. Le nom de Kobakana aurait pu laisser sous entendre que l’île soit une île tropicale, voire même paradisiaque… l’ange se voyait même siroter un bon lait de coco tout en se désaltérant à l’ombre des cocotiers, sous une plage de sable fin, avec un alizé bienséant. Mais ici, même le sable ne ressemblait pas à grand-chose…  
Le temps n’arrangeait en rien la situation. Une sorte de mal à l’aise s’emparait de l’ange. Les instructions de Barry avait été claires : se disperser. Génial, parce que s’il avait demandé d’être avec Pico il ne pourrait pas. Mais il n’était vraiment pas au bout de ses peines…

Seulement au bout de quelques instants, il entendit une série de meuglements derrière-lui. QUOI ?! NON PAS LUI ?! MAIS QU’EST-CE QU’IL FOUT LA ?! Lawrence fit volte-face en ouvrant grand ses yeux et en serrant ses points. Il s’apprêtait à  lui demander ce qu’il pouvait bien faire ici, mais Pico meuglait, encore, encore, encore, encore et enc…


SI TU MEUGLES ENCORE UNE FOIS J’TE BAZARDE !!!!

Avait-t’il dit d’un bon poing menaçant. Bon au moins, ça avait suffit à calmer son engouement à pousser des cris de vaches…
Lobos continuait alors malgré lui avec Pinocchio en sinuant dans le chemin de la forêt sombre. Il était quelque peu alerte, la main sur son bazooka tenu au dos grâce à l’anse. Il scrutait chaque recoin de la forêt épaisse, la face méfiante, lorsqu’ils arrivaient à un endroit encore moins amical. Ce semblait être l’entrée principale de l’île, avec une forêt un peu plus épaisse que celle de l’entrée. Il y avait aussi d’autres pirates, ceux qu’il avait vus sur la côte à son arrivée. Pico avait daigné les saluer, ce qui n’était pas le cas de notre ange, qui paraissait encore plus méfiant. Il y’avait quelqu’un ici qui se cachait, mais il ne saurait dire où. Jusqu’à ce  qu’un homme fit son apparition, sous l’effet d’un lancé de pierre de Pico. Un homme louche, beaucoup trop louche, et d’ailleurs très peu compréhensible dans ses propos. Il parlait d’un jeu, et que les participants étaient tous les pirates qui étaient présents ici. Quel type de jeu ? Pourquoi ne pouvait-on pas quitter l’île ? Jéricko, n°2 du Gouvernement Mondial ? Mais les réponses à ces questions restaient en suspens, car il disparut aussi vite qu’il était apparu. Génial, se disait Lobos, Barry nous à mis dans une véritable merde.
Lobos comptait aviser quelques instants avant de se décider d’entrer sur Kobokana, mais ce ne fut pas le cas de Pinocchio qui s’était mis à courir. Décidément, quelle plaie ce gosse… trop impatient !!! Mais il ne pouvait laisser son nouveau nakama tout seul, surtout après ces évènements tout à fait grotesques. Les deux hommes finirent par débarquer devant un grand immeuble. Un homme était perché la dessus, et parlait d’un air hautain.


C'est pour "ça" que l'on me fait déplacer ? Douseiaisha Taiyoo va en entendre parler, moi, Holy, Premier Sergent, je ne devrais pas me déplacer pour ces êtres méprisables...

Débarquer comme une fleur en faisant preuve d’autant d’arrogance, c’est pas donné. Dans tous les cas, autant de mépris dans ces propos, ce ne peut être vécu comme une provocation envers les pirates, surtout quand cela vient d’un sergent. Lobos qui l’entendait parler avec une impassibilité hors du commun, sortit de sa veste une nouvelle bouteille de lait qu’il but entièrement d’un simple trait puis débraillait son bazooka. Comme pour compléter les paroles de son acolyte qui semblait au taquet, il  déclara, d’un ton grave :

Qu’il s’agisse d’un jeu ou non, le lait à mauvais goût aujourd'hui.


Revenir en haut Aller en bas
Davy Jones
Maître du Jeu
avatar
Messages : 67
Date d'inscription : 12/07/2013

Feuille de personnage
Puissance: 0
Niveau Réputation: 0
Berrys: 0

MessageSujet: Re: ○ La grâce du cygne, Premier Sergent Holy   Mar 11 Mar - 11:40

La grâce du cygne
Cette sale petite diva allait le regretter! Lorsque mon capitaine, Douseiaisha Taiyoo, m’avait demandé de me charger de cette mission, j’avais accepté avec grand plaisir, y voyant pour moi une nouvelle occasion de prouver mes capacités en affrontant un ennemi puissant. Mais lorsque j’avais senti la présence de mes adversaires en approche, je me m’y à maudire ce foutu travelo! Trois faiblards, c’est ce qu’il m’envoyait? À moi, le grand Holy, meilleure épéiste de toutes les mers? Après cette mission, j’allais devoir mettre les choses au clair avec mon capitaine…S’il y a bien une chose que je détestais, c’était me salir les mains inutilement sur ce genre de vermine. Mon sang était noble et mon temps précieux, je n’aimais pas le gaspiller de la sorte.

Lorsque du haut de mon perchoir je les vis finalement approché, mes perceptions se confirmèrent. Émergeant de la forêt, une vache et des jeunes gens s’approchèrent…Comme s’était décevant! De ma position haute, je les regardai pendant quelques instants, observant leur comportement et leur attitude. Une petite fille discrète, un jeune prétentieux et un énergumène habillé en vache. Je laissai échapper un long soupire de désarroi. Avec ça, je n’aurais même pas quoi m’amuser…

Des gamins et une vache…Mais quelle déception. Vous me faites tous perdre mon précieux temps!

D’un geste tout à fait gracieux, je portai ma main à la ceinture pour dégainer mon arme – un magnifique fleuret dont la garde était ornée de pétales de rose faites de cristal. Si ces gens n’étaient pas complètement abrutit, ils seraient en mesure de la reconnaître. Il s’agissait d’Hana no joō, la reine des fleurs, l’une des vingt-et-une grandes lames. Je fis un petit pas vers l’avant, vers le vide, et je me laissai tomber gracieusement vers le sol. Malgré la chute de près de six mètres, j’atterris tout aussi délicatement devant mes adversaires, sans soulever la moindre poussière ou générer le moindre courant d’air, comme si j’étais une magnifique rose qu’on venait de tout simplement déposer là. J’aurais pu leur parler plus longtemps, me présenter et leur expliquer nos intentions, mais je n’en avais rien à faire. Tout ce que je voulais, c’était en terminer au plus vite avec cette farce qu’on prétendait appeler un combat et rentrer au navire pour déguster mon caviar et siroter mon pinot. Ce combat ne serait pas très long, je le sentais. Combien, cinq minutes? Allez, disons dix pour leur laisser le bénéfice du doute…Sans plus de fioriture, je me plaçai en garde, Hana no joō placé à la verticale devant mon visage toujours placide. Faisant preuve d’une certaine nonchalance, sans vraiment regarder mes adversaires – cela ne m’intéressait pas et je n’en avais pas besoin de toute façon – j’abattis mon sabre devant moi, exécutant une série de trois mouvements extrêmement précis. Ma lame fendit l’air avec une telle légèreté qu’elle ne produit aucun son et avec une vitesse telle que tout ce que mes adversaires purent voir de son mouvement était une trainée rouge, laissée par les rubis de sa garde. Suivant ces trois mouvements, trois lames d’air imposantes se détachèrent de sa pointe pour fondre sur mes ennemis. Dans leur sillon, elles soulevèrent poussière et terre, fendant net en deux tout ce qui se trouvait sur leur passage. Tout en remettant mon arme en position verticale devant mon visage, j’esquissai un petit sourire. Déjà terminé?

Note : Vous avez devant vous l’un des sabreurs les plus puissants des mers. Ses lames d’air sont capables de gendre la terre et le métal et son arme peut trancher des matériaux aussi résistants que l’acier. Faites bien attention à vous! (Pour vous donner une idée, sa puissante avoisine les 3000 points)

Ordre de Passage : Indy Fawn - Tatsuo Naoku - Pinocchio - Lobos
Note : Délais fixé à 48H - Deux absences non justifiés et c'est l'exclusion de l'évent -
   
Revenir en haut Aller en bas
Indy Fawn
Pirate
avatar
Messages : 214
Date d'inscription : 07/12/2013
Age : 23

Feuille de personnage
Puissance: 4305
Niveau Réputation: 7
Berrys: 134 100

MessageSujet: Re: ○ La grâce du cygne, Premier Sergent Holy   Jeu 13 Mar - 22:09

Joyeux Hunger Games ! Et puisse le sort vous être favorable
Gloups. Très gloups. Là, c'était clair, Indy s'était faite avoir mais alors comme une débutante. Se rendre sur une île à cause de rumeurs pour tomber sur un type aussi balèze et flippant que celui qui les surplombait, elle et ses camarades de galère, fallait le faire...

Toujours est-il qu'elle ne pouvait pas s'enfuir de cette île cauchemardesque, elle se souvenait encore de la menace qui l'avait accueillie : quiconque tentait de faire demi-tour mourrait aussitôt, sans autre forme de procès. Donc elle resterait là où elle se trouvait, et combattrait. C'était pas comme si elle avait le choix, après tout...

Elle regarda les pirates qui lui servaient de camarades d'infortune : l'un avait l'air assez bizarre, à imiter la vache plus ou moins à la perfection, et l'autre l'était encore plus vu qu'il ressemblait à une vache humanoïde. Elle poussa un léger soupir : elle était vraiment mal tombée... Mais elle se ressaisit, ils pouvaient très bien avoir des fruits du démon, comme elle, et savoir se battre. Ne jamais sous estimer ses collègues ou ses adversaires...

L'homme au-dessus d'eux poussa un long soupir :

Des gamins et une vache…Mais quelle déception. Vous me faites tous perdre mon précieux temps!

A la grande surprise d'Indy, il se laissa tomber, arme en avant, de son piédestal de terre, et ne tomba que gracieusement sur le sol, comme un pétale que l'on lâche au-dessus d'un plan d'eau. La brunette se reprit lorsqu'il se mit en garde, lame à la verticale, avant qu'il ne se mette à faire trois mouvements étranges. L'instinct de survie d'Indy lui cria de se jeter à terre, juste à temps : des lames d'air venaient de passer à quelques centimètres d'elle, réussissant à lui couper une mèche de cheveux.

Elle se releva aux aguets, prête à replonger si besoin. Un mec capable d'envoyer des lames d'air à la tronche de ses adversaires était juste... comment dire... énorme, et comme elle tenait à la vie, elle n'allait certainement pas se laisser tuer comme du vulgaire gibier. Au moins, il était au sol, donc elle pouvait tenter d'utiliser son fruit. Voyons, réfléchissons... L'eau était à prescrire, elle n'avait pas l'impression qu'il fasse suffisamment humide pour qu'elle prenne le risque de l'utiliser. La terre ? Moui, mais à part provoquer un petit tremblement de terre pour le déstabiliser, ou faire sortir des murs de terre pour se protéger, c'était pas terrible... Ne restait plus que le feu, le plus fiable. En plus l'air semblait assez sec, nickel pour une attaque du feu de Dieu... Ou pas.

Blague à part, Indy réfléchit à grande vitesse : elle pouvait utiliser Earth Alchemy pour tenter - je dis bien tenter ! - de déstabiliser ledit Sergent Holy avant d'envoyer Flame Alchemy si elle réussissait à se rapprocher suffisamment de lui pour l'utiliser. Bon plan ça... Elle resta muette quand elle esquiva une nouvelle attaque, et n'ouvrit la bouche pour la première fois que lorsque sa main toucha le sol :

Earth Alchemy !

Comme prévu, un tremblement de terre se fit ressentir, mais elle ne chercha pas à vérifier que ça avait bien déstabilisé Holy ; elle fonça sur le sergent et claqua des doigts quand elle fut suffisamment près de lui :

Flame Alchemy !

Des étincelles sortirent de ses doigts et se mirent à exploser tout autour du sergent pendant qu'Indy se rattrapait derrière lui avec une roulade sur le sol. Pourvu que son attaque ait eu un effet, même minime...



©Didi Farl pour Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Djoko Montana
Pirate
avatar
Messages : 159
Date d'inscription : 25/09/2013
Localisation : East Blue : Baratie

Feuille de personnage
Puissance: 2 060
Niveau Réputation: 4
Berrys: 2 160 000

MessageSujet: Re: ○ La grâce du cygne, Premier Sergent Holy   Lun 17 Mar - 21:02

- Etant donné que " l'arbitre " n'a pas donné de règles, formons un duo pour battre ce sergent. Je sais pas si on à le droit de s'attaquer à plusieurs sur lui mais l'arbitre n'avait qu'à disparaître comme ça. Il me plait ce jeu, je remercierais Barry à la fin de m'en avoir fait la surprise.

- Qu’il s’agisse d’un jeu ou non, le lait à mauvais goût aujourd'hui.

Mauvais signe effectivement que celui-ci. Il fallait le connaître un peu pour savoir que lorsqu'il disait ceci, c'était que la situation n'était pas bonne. Mais justement, Pinocchio ne le connaissait pas assez, depuis très peu pour être précis. Ils avaient ... juste partagés le même bateau et le même capitaine. Bon d'accord, Pinocchio s'était pris des cocos à chaque fois qu'il avait essayé de toucher au bazooka de l'ange-vache. Pourtant il avait tout essayé pour l'avoir entre ses mains. Ramper la nuit comme un ver de terre, le classique " Oh, un serpent ! ", il avait même fait un trou depuis la cale jusqu'à la chambre de Lobos. Le résultat avait été fructueux, dix fois plus de pêches sur le haut du crâne.

Tout ça pour dire que la vache ne comptait pas laisser ce jouet entre les mains du maladroit. Enfin jouet pour Pinocchio bien sûr car pour Lawrence, ça l'était moins. Effectivement, le type brandissait hardiment son bazooka contre le sergent lorsque celui-ci brailla.

– Des gamins et une vache … Mais quelle déception. Vous me faites tous perdre mon précieux temps !

- Mmmphff ... Une vache qui PARLE sacrebleu. Des épées vous dis-je, des épées ... Mais pas des épingles !!!

Mais quel mouche l'avait piqué celui-là ? Pourquoi s'énervait-il, qui plus est pour le compte d'autrui. Et puis ou était le rapport entre la vache, les épées et les épingles ? ... Moi même narrateur ne sait pas. En tout cas, il portait une sorte d'expression d'énervement un peu rigolote sur son visage. Expression d'énervement rigolote mais sérieuse. Oui, même si du point de vue extérieur on pouvait prendre ça à la rigolade, le jeune gentilhomme incompréhensible était bien sérieux de son coté. Il continuait à murmurer dans sa barbe - bien qu'il n'est pas un poil -, ... mais pas des épingles !!!

Des fois, il vaut mieux ne pas à chercher à le comprendre, vous risqueriez de faire devenir fou ce qui veulent mettre une raison à tout. Oui, c'était plus important de se soucier de l'attaque qu'allait lancer le sergent de malheur. A peine le temps de deviner l'intention de l'ennemi que Pinocchio fuyait à toute vitesse en marche arrière.

- MAAAMA MIIIIIA, j'ai peeeeeeeeeuuuuuur. Barry, il est plus marrant ton jeu la. OuuAAAAAHHH !

L'une des trois lames d'airs du sergent avait éraflé les fesses du pauvre et innocent qui lâchait un cri de douleur. Ahem ... AHEEEM ! ........... Voilà, petit coup de pouce de ma part pour que le pauvre Pinocchio remarque avant de le montrer à tout le monde, sa fesse gauche tenu à l'air. Oui, l'attaque avait arraché un bout de tissu du pantalon. Mais c'était un bien grand affront que subissait Pinocchio hors d'état. Il jurait se venger de cet acte si déshonorable. Pourquoi s'énerver pour si peu ? Figurez-vous que le protagoniste est pudique. D'ailleurs il se retournait et montrait une larme au coin de l’œil puis reprenait la fuite qu'il avait entreprit quinze secondes plus tôt. Puis il se fondait et disparaissait dans la forêt, laissant en plan Lobos.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: ○ La grâce du cygne, Premier Sergent Holy   Jeu 20 Mar - 0:35

Allez savoir pourquoi Lobos était ici. En l’espace d’un instant, il regrettait de ne pas s’être renseigné d’avantage sur cette île avant d’y poser les pieds avec les autres.
Leur adversaire était impressionnant, et ils allaient l’apprendre à leur détriment. Déjà, il n’était pas très amical et avait des manières de diva. Holy, le premier sergent du capitaine corsaire Douseiaisha Taiyoo (au passage celui qui à inventé ce nom mérite la prison). Ce qu’on raconte sur ce corsaire n’a rien de joyeux, Lobos se rappelait avoir lu dans Le Petit Marimo que c’était quelqu’un de capricieux et détruisant tout ce qui ne lui plait pas sur son passage. Son ancienne prime étant de 187 000 000 de Berrys, pas étonnant qu’ils aient décidé de l’établir en tant que Shichibukai. Et là, lui, Pico et la mystérieuse damoiselle qu’il ne connaissait pas venaient de tomber sur son premier Sergent. D’ailleurs, le snob les avait accueillit avec d’autant plus d’à propos qu’avant, les considérant comme une perte de temps. Une chose est sûre : il était sûr de sa force.  Et il manquait plus que Pinocchio en rajoute.


COMBIEN DE FOIS VA-T’IL FALLOIR QUE J’TE DISE QUE C’EST UN COSTUME, BAKAYARO !!!

Et puis sa vieille réplique sur les épingles… non vaut mieux même pas en parler, juste pour éviter les maux de tête. Enfin, les paroles d’Holy n’étaient pas des paroles dites en l’air. D’un sabre plutôt inhabituel et après être descendu de son piédestal d’une grâce peu commune (avouons-le), il réussit un exploit qui aujourd’hui n’est considéré comme étant le fruit d’imagination des livres pour enfant : fendre l’air. Quelque chose qui étonnait au plus haut point l’ange-vache, puisque celles-ci, gigantesques, puissantes, déchiquetaient tout sur leur passage. Terre comme poussière, roche ou végétation, rien de résistait à celles-ci. Mais d’un reflexe bien engagé,  Lobos réussit à les éviter en se jetant sur le côté. Les lames d’air, quand à elles, finirent leur course sur une maison en ruine qui s’effondra sur le coup.




** Quelle puissance… **


En effet, le bâtiment s’était effondré comme un château de cartes.  C’est à ce moment là qu’il entendit un cri strident… celui de Pico. L’abruti s’était fait touché... au derrière.  ET IL FALLAIT QU’IL SE FASSE TOUCHER A CET ENDROIT LA !!! En plus de cela, il battait en retraite en chialant comme une fillette. La tête de Lobos se décomposait petit à petit, jusqu’à ce que plusieurs veines ressortirent sur son visage.

PICO REVIENS-ICITOUT DE SUITE, TU M’ENTENDS ?!!!!

Mais inutile de crier, le journaliste pré pubère avait déjà disparu dans la forêt. Hmmm…. Il faut le dire, ça ne faisait pas très longtemps qu’il connaissait Pico, mais Lobos pouvait déjà d’hors et déjà affirmer que ce mec est l’une des personnes les plus stupides qu’il aie jamais connues. Ouais, il avait laissé Lobos par honte de s’être fait arraché le pantalon… fallait voir déjà combien de temps il avait fallu à Lawrence pour persuader Pinocchio d’enlever son pantalon, que Lobos était médecin et qu’il voulait simplement l’examiner…. Les joies de l’équipage, j’vous jure…

Mais la situation ne tournait pas en faveur des pirates. Il se trouve que Holy est un sabreur, ce qui veut dire qu’il aurait plus d’aisance à pouvoir couper les filets que notre héros-vachette pourrait générer.  D’autant plus qu’il ne pouvait pas absorber ses coups, étant donné qu’il suffirait qu’il coupe les mailles de filet corporel. Mais autant essayer. Peut-être qu’il ne réussirait pas à couper tous ses filets à la fois, c’est une possibilité. Comme ça, cela lui permettrait de lui asséner un bon coup de Cloud Hunter dans la tronche, puissance maximale.

La jeune femme avait déjà pris les devants. Ses attaques étaient impressionnantes, Lobos ne comprenait pas exactement comment est-ce qu’elle avait fait, mais elle avait provoqué un tremblement de terre et fait sortir des flammes de nulle part. Lobos quand à lui, créa de ses mains plusieurs filets gluants qu’il lançait sur Holy, en espérant pouvoir le capturer. Ses filets avaient un taux de capture de 120% et ne pouvaient être coupés par un sabre normal. Etait-ce le cas avec Holy ?

Revenir en haut Aller en bas
Davy Jones
Maître du Jeu
avatar
Messages : 67
Date d'inscription : 12/07/2013

Feuille de personnage
Puissance: 0
Niveau Réputation: 0
Berrys: 0

MessageSujet: Re: ○ La grâce du cygne, Premier Sergent Holy   Dim 23 Mar - 18:51

La grâce du cygne
Mais c’est que la petite vermine osait répliquer? Moi qui pensais qu’ils allaient se prosterner devant ma glorieuse puissance. C’est vrai que je ne m’étais pas réellement forcé dans cette attaque…elle aurait pu être beaucoup plus puissante. Mais à quoi bon se donner la peine pour mettre une raclée à ces deux mioches et demi…

C’est la jeune fille qui tenta de s’attaquer à moi en premier après avoir esquivé de peine la lame d’air que je lui avais réservée. Intriguant, puisqu’elle semblait posséder les pouvoirs d’un fruit du démon. Mais cela ne changerait rien au fait que j’allais gagner. Ces maudits fruits étaient une chose vile et infecte. Je n’en avais pas besoin pour prétendre être puissant! Ma force et ma grâce, je les avais gagnées à la sueur de mon front, sans avoir eu recours à ce genre de subterfuge médiocre. La jeune fille plaqua ses mains sur le sol en criant je ne sais quel charabia, et c’est alors que le sol se mit à trembler. Mais quelle attaque naïve et prévisible…Je n’avais même pas besoin de mon haki pour prédire qu’il ne s’agissait que d’une diversion. Je me campai solidement sur mes appuis et j’attendis qu’elle fonce sur moi. Dans son mouvement de charge, elle produit des étincelles en claquant des doigts, ce qui projeta des flammes partout autour de moi. C’était une belle tentative, mais rien pour me mettre dans l’embarra. Alors que les flammes allaient m’englober, je pivotai sur moi-même à toute vitesse. Le mouvement et le vent créé par ce déplacement amplifia temporairement les flammes de mon adversaire, créant ainsi une sorte de petite tornade de flamme qui dansait autour de ma personne. Subitement, toujours en tournant sur place, je brisai le mouvement de rotation en plaçant ma lame au travers du tourbillon et feu et en l’élevant vers les cieux. Suivant le mouvement de mon sabre, le tourbillon de flamme se déplaça en hauteur avant de perdre sa stabilité et d’éclater en une dizaine de petites flammèches, comme un feu d’artifice. On aurait dit que j’avais embrassé le feu et dansé avec les flammes.

Aussitôt ma position repris, l’homme habillé en vache se risqua à m’attaquer à son tour. Il projeta dans ma direction d’étranges maillages gluants, des projectiles ressemblant à des filets. Je ne pouvais pas laisser ces choses étranges et dégoutantes me toucher, oh ça non! Si l’une de ces choses se collait à mes vêtements, ils seraient complètement bousillés! Encore pire, imaginez un peu si cette matière visqueuse atterrissait sur ma chevelure radieuse? Cette simple pensée me provoqua un haut-le-cœur. Complètement dégouté par la nature de cette attaque, je fendis une nouvelle fois l’air devant moi avec mon sabre. Cette fois-ci, ce fut une seule et grande lame de vent qui se propagea à l’horizontale pour faucher et détruire tous les projectiles.

Pendant cette altercation, l’un des trois compagnons s’emblait avoir pris ses jambes à son coup. Tant mieux pour moi, ça ferait une vermine de moi à neutraliser. Chez les deux adversaires restants, la jeune fille était plutôt jolie, il serait dommage que j’abime son beau petit minois maintenant. La vache par-contre, je ne pouvais pas la blairer. Et avec ces drôles de filets collants, c’est lui qui risquerait le plus de bousiller ma tenue toute neuve. D’un seul bond, je me rendis jusqu’à sa position. D’aussi près, il était encore moins beau…Dommage pour lui, peut-être qu’autrement j’aurais retenu mes coups. Me propulsant sur le sol, je fondis sur sa position en positionnant mon épée bien devant moi, de manière à l’atteindre avec sa pointe. J’allais embrocher ce petit homme-vache et le donner en pâture à un roi des mers. C’est tout ce qu’il méritait!

Note : Holy est un adversaire très puissant et il ne faut pas le prendre à la légère. La seule chance que vous avez de le battre, c’est si vous unissez vos forces.

Ordre de Passage : Indy Fawn - Pinocchio - Lobos
Note : Délais fixé à 48H - Deux absences non justifiés et c'est l'exclusion de l'évent -
   
Revenir en haut Aller en bas
Indy Fawn
Pirate
avatar
Messages : 214
Date d'inscription : 07/12/2013
Age : 23

Feuille de personnage
Puissance: 4305
Niveau Réputation: 7
Berrys: 134 100

MessageSujet: Re: ○ La grâce du cygne, Premier Sergent Holy   Lun 24 Mar - 23:05

Joyeux Hunger Games ! Et puisse le sort vous être favorable
Il fallait reconnaître qu'Indy ne s'attendait pas vraiment à ce que son attaque fasse quelque chose. Enfin, quelque chose de très important, au vu de la puissance d'Holy. Mais bon, espérer que ça le déstabilise un peu, ce n'était pas interdit non plus.

La brunette aurait cependant mieux fait de ne pas trop espérer, vu ce qu'il fit de son attaque : il se mit à tournoyer sur lui-même, transformant ainsi son attaque en une petite tornade de feu, avant de briser le mouvement de rotation en plaçant sa lame au travers du tourbillon et feu et en l’élevant vers les cieux. Suivant le mouvement de son sabre, le tourbillon de flamme se déplaça en hauteur avant de perdre sa stabilité et d’éclater en une dizaine de petites flammèches. On aurait dit un feu d'artifice...

Après ce petit spectacle, Indy put voir que l'homme vache avait lancé une attaque qui partait de ses mains : des fils qui auraient pu être comparés à de la soie d'araignée. A coup sûr, c'était une attaque de fruit du démon, c'était loin d'être naturel. Et la réponse de Holy ne l'était pas davantage : il fendit l'air de son sabre et trancha ainsi les fils. Aussi simplement qu'un claquement de doigt ; ce Holy était donc très, voire trop puissant, pour Indy ou pour l'homme vache...

Entre temps, le troisième larron - si on peut dire - avait littéralement pris les jambes à son cou. Par peur ? Par nécessité pour avoir un peu de temps pour réfléchir ? Bonne question. La brunette espérait que la seconde hypothèse était la bonne, s'enfuir par peur était une preuve de lâcheté. Du moins, c'était son point de vue.

Elle s'approcha de l'homme vache, rejoint par Holy. Il y avait juste un problème : le sergent avait l'air très motivé à vouloir le transformer en steak, et fondit sur lui, lame en avant, prêt à l'embrocher. Elle hurla en courant le plus vite qu'elle put :

BAISSE-TOI !

Elle réussit à le bousculer de façon à ce qu'il ne prenne pas la lame en plein cœur. Ils roulèrent sur quelques mètres, échappant ainsi à la lame meurtrière ; puis Indy se releva, pleine de détermination, et lança :

Désolée, mais je doute qu'on se laisse faire !

Elle se tint en position de combat, prête à répliquer à la prochaine attaque. Trop, c'est trop !



©Didi Farl pour Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Djoko Montana
Pirate
avatar
Messages : 159
Date d'inscription : 25/09/2013
Localisation : East Blue : Baratie

Feuille de personnage
Puissance: 2 060
Niveau Réputation: 4
Berrys: 2 160 000

MessageSujet: Re: ○ La grâce du cygne, Premier Sergent Holy   Jeu 27 Mar - 9:36

Quel ingrat ! Quel égoïste ! Comment ce déserteur pathétique pouvait-il être dans l'équipage de Barbe Noire ? Je ne le sais pas non plus. Ce grand adolescent s'était enfuit après s'être prit une lame d'air sur le bout de la fesse gauche qu'il avait caché avec une de ses mains. Pudique, même très pudique, Pinocchio s'était enfuit une larme à l’œil dans la forêt. Ne pensez pas qu'il eut peur de ce sergent en carton, non bien loin de là cette traître idée. Pinocchio était né héros et mourrait héros. Bon allez, juste un peu de peur de temps en temps mais sans plus ... D'ailleurs on pouvait toujours le voir slalomer entre les arbres, assez loin pour être sur que personne ne l'aperçoive malencontreusement.

Enfin, à une assez grande distance du lieu de combat, Pico s'arrêta contre un arbre et souffla un grand coup. Il jeta un coup d'oeil aux environs, juste histoire de voir dans quel genre d'endroit s'était-il engoufré. Lobos qui connaissait un peu le phénomène se doutait peut être qu'il avait déserté pour se refaire un vêtement qui cache sa fesse nue. Mais pas Indy en tout cas. Le jeune Pico commença à enlever son pantalon pour analyser la zone à recouvrir lorsqu'une bande de ouistiti homosexuels sauta sur le jeune homme en slip blanc.

- HYAAAAAAAAAA

Nouveau coup de frayeur pour ce pauvre Pinocchio. Armé de son fourreau, il frappa ces bêtes sur le haut du crâne et les assomma jusqu'à qu'il soient inconscients pour ne pas qu'ils voient son corps frêle et maigrelet. Mais le pire c'est que dans tout ça, les ouistiti avaient réussis à lui arracher son slip. Tout nu, le garçon s'habillait alors de feuillages, de branchages et de toutes sortes de plantes sauvages inconnues. C'était ça ou bien être tout nu de toute façon. Voilà ... Ses parties étaient cachés par des feuillages tandis que le haut de son corps était toujours habillé d'une chemise et d'une veste.

Il n'avait plus à s'en faire désormais pour sa tenue, maintenant il pouvait botter le cul au sergent de malheur qui lui avait fait ça. Oui, c'était bien à cause de lui tout ça ! Pico marmonnait des jurons à son égard même si en temps normal, on n'aurait jamais pensé que celui-ci ne connaisse de si vilains mots. Sa vengeance envers le sergent allait être terrible. Une fesse nue pouvait seulement être compensé par deux fesses nues. Plus têtu que le plus têtu des ânes, il se jurait de lui mettre les deux fesses à l'air. De toute façon l'autre méchant allait surement le regretter vu la ténacité et la détermination actuelle de Pinocchio qui à l'instant même arrivait sur le champ de bataille par surprise, déboulant directement sur le sergent. Pinocchio aussi était bon escrimeur, bien sûr plus faible que le sergent mais bon escrimeur quand même pour légèrement rivaliser avec son fourreau. Il arriva derrière l'ennemi et projeta une multitude de coups d'estocs vers celui-ci.

- DEUX FESSES MOUSSAILLON, DEUX FESSES ! cracha t-il à l'ennemi avant de mettre plus de vitesse à sa rafale de coup d'estocs de son fourreau.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: ○ La grâce du cygne, Premier Sergent Holy   Sam 29 Mar - 21:32

Quelle idée, en effet, de croire que de simples filets auraient suffit pour maintenir le premier sergent du corsaire Douseiaisha Taiyoo, qui était de surcroit un sabreur hors du commun… Une simple lame d’air générée de son sabre avait suffit pour les couper comme s’il s’agissait de vulgaires fils à broder. Ce qui prouvait qu’Holy n’était pas un simple sabreur ordinaire, puisque la substance qui composaient les mailles du filet ne pouvait être coupée par un simple sabre d’estoc. Jusque là alors, la diva sur pattes avait l’avantage sur les pouvoirs du fruit de Lawrence, puisque toute tentative de lancer de filet serait assurément stoppée, s’il n’avait pas un matériau pour lequel Holy ne pouvait procéder à une découpe simple.  Peut-être que cela aurait plus de succès avec un filet fait d’une autre matière… de l’acier pur… du diamant ? Oui mais… ou trouver du diamant, au juste ?

Dans tous les cas, ça chauffait vraiment pour les pirates. D’autant plus que les tentatives d’attaque de la jeune fille n’eurent pas plus de succès, si ce n’est que de permettre à la diva d’effectuer une danse des flammes très étincelantes.  Et Pinocchio qui ne revenait toujours pas… mais ou était-il passé celui là ? Lawrence regardait de droite à gauche, toujours pas ce fichu journaliste dans les parages. Même s’il agaçait l’ange, Lobos fut bien obligé d’admettre que quelqu’un en plus contre cet énergumène ne serait pas de refus…  

Cet instant d’inattention faillit coûter cher au faux laitier : trop occupé à scruter les parages à la recherche de Pipo, il ne remarqua pas qu’Holy s’était jeté sur lui en plein estoc. Mais grâce à la jeune demoiselle qui bouscula Lobos sur le côté, il ne se prit qu’une simple éraflure sur l’épaule droite. L’épée avait frôlé son bras, et il sentait que s’il s’était pris ce coup de plein fouet, il n’aurait peut-être pas survécu. Pour cela, remercier la jeune femme semblait la moindre des choses, et il lui lança un regard de reconnaissance.
Elle semblait elle aussi obstinée, pleine de détermination. Cela se voyait à sa manière de regarder Holy. Et elle avait raison : il fallait en découdre avec lui et le plus rapidement possible.
Ce fut aussi à ce moment là que Pinocchio débarqua de nulle part… plus en colère que jamais. Non mais sérieusement, il avait vraiment le don pour débouler d’absolument nulle part, celui là !!! D’autant plus qu’il semblait avoir perdu la moitié de ses vêtements, et l’imbécile avait jugé utile de se camoufler les parties intimes avec des feuilles… non mais y a une jeune dame avec nous quand même, oh… il semblait très énervé, et c'était  sans doute parce qu’il s’était fait déchirer le pantalon à la fesse…. Et lorsqu’il lança des coups d’épées vers le derrière d’Holy, Lawrence se frappa le front de désespoir et d’énervement… oh oui, comment ne pas être désespéré quand vous voyez une telle mesquinerie…  

Ce mec ne changera jamais…

Et alors que Pinocchio revenait à proximité de lui de manière alerte, le docteur de l’équipage de Barbe Noire prêta plus attention au camouflage des parties intimes de Pipo. Après une légère observation…

La prochaine fois que tu voudras te camoufler les bijoux, fais au moins l’effort de prendre autre chose que des orties.

Oui car les jambes de Pinocchio commençaient vraiment à rougir… et ça n’étonnerait même pas l’ange qu’il ait oublié ça lui grattait à cause de sa colère. Oui Pinocchio, tu vas te  gratter de partout !

Ca t’apprendra à me laisser en plan, abruti ! dit-il en le regardant gesticuler de partout.

Bon maintenant une chose était sûre : personne ici ne pouvait prétendre en venir à bout de ses propres mains du sergent. Il était donc nécessaire de s’unir afin d’essayer de le déstabiliser. Lobos l’avait compris, et espérait tout de même que ses compagnons allaient suivre. L’ange vache se déplaça alors furtivement derrière Indy et Pinocchio pour leur susurrer quelque chose tout bas.

Je vais tenter de l’immobiliser. Sortez l’artillerie lourde…

Disait-il tout en sautant sur une branche d’arbre. Lobos avait effectivement une idée. Sortant du fil de soie de sa poche, il l’engloutissait d’un seul coup puis lançait une de ses techniques.


Mili Obake Meto ! (Filet Fantome)



Sur ces mots pleins de sens, Lawrence projeta une multitude de filets de soie très solides et très fins, et ce dans toutes les directions. Et vu l’obscurité qui régnait sur l’île, il serait très difficile, même pour un sabreur de remarquer l’existence de ceux-ci.  Il les plaça tout autour d’Holy, en les fixant grâce aux arbres, au rocher, et sur l’immeuble abandonné. Il espérait ainsi que même s’il parvenait à s’en débarrasser d’un seul, tous les autres et le fait de ne pas pouvoir observer les filets de soie rendraient l’échappatoire difficile. Il comptait ainsi sur ses acolytes pour lancer des offensives plus grandes.
Revenir en haut Aller en bas
Davy Jones
Maître du Jeu
avatar
Messages : 67
Date d'inscription : 12/07/2013

Feuille de personnage
Puissance: 0
Niveau Réputation: 0
Berrys: 0

MessageSujet: Re: ○ La grâce du cygne, Premier Sergent Holy   Mar 29 Avr - 10:43

La grâce du cygne
Le combat faisait rage entre le Sergent Holy et les pirates. Ces derniers tentaient de survivre face à un sabreur coriace, surement les meilleurs de Grand Line. Mais aussi doué soient-ils, ces pirates ne faisaient pas le poids. Ils luttaient avec force et courage, mais en vain, il n'avait aucune cohésion et Holy l'avait bien remarqué. Le seul qui se démarquait du lot, était l'espèce d'homme-vache et ses filets. Cette arme aurait pu s'avérer utile contre le sabreur, surtout avec l'aide de ses compagnons, mais comme ses compagnons, il jouait solo. C'est donc sans mal que le sergent se débarrassa des filets, aussi nombreux soient-ils. Il lui suffit de tourner sur lui-même un court instant en envoyant des lames d'airs. Chacune d'entre elles envoyées avec une précision chirurgicale. Elles découpèrent les filets sans mal. Pour que cela soit efficace, il aurait fallu que les deux autres s'activent un peu. Mais personne ne semblait vraiment à cent pour cent dans le combat. Le Sergent Holy soupirait longuement, exaspérer par le comportement de ses ennemis.

- Ridicules petits insectes, j'en ai plus que marre de vos enfantillages… Nous devions vous laisser la vie, mais je ne peux laisser la vie à des rebuts de votre genre. Ce monde se portera bien mieux sans vous, vous êtes faibles. Au diable Jericko et ses ordres !

Sur ces mots, le corsaire fonça droit devant. Sa cible ? En premier, la jeune fille du groupe, celle qu'il jugea la plus faibles des trois. Cette fois-ci, les attaques étaient d'un autre niveau. Il envoya une multitude de lames d'airs très fines et tranchantes sur sa cible. Puis au dernier moment il disparut, pour revenir sur le côté. Il n'y avait aucun tour de magie ou autre, ce n'était que sa vitesse maximale. Il envoya cette fois-ci une large et puissante lame d'air à bout portant sur la jeune pirate. Elle était incapable d'esquiver à cette distance et la lame d'air ne manqua pas sa cible. On pouvait voir toute la détermination sur le visage d'Holy. Il ne voulait qu'une chose, éradiquer ces pirates qu'il considérait comme de la "vermine". Il reprit alors sa danse, sans même laisser une chance à ses adversaires de répliquer. Usant à nouveau des lames d'airs pour les avoir à distance. Puis lorsqu'ils esquivaient, il en profitait pour leur porter le coup de grâce. Mais ce petit jeu, aussi efficace soit-il, avait un coût non négligeable. Holy étaient à bout de force. Bien qu'il soit capable d'enchaîner un grand nombre d'attaque en un temps record, cela lui demande énormément d'énergie. Dans le cas présent, il avait trois adversaires et s'il était capable de les terrasser tous les trois avec cette technique, il ne devait pas se louper. Il était à bout de force, mais il avait encore de quoi répondre à ces "rebuts". Mais c'est alors qu'une ombre fit son apparition devant le corsaire. Tout le monde pu reconnaitre l'homme qui s'était présenté à l'arrivée des pirates.

- Holy tu me déçois beaucoup… Je n'ai jamais été trop regardant sur ta lubie de vouloir "purifier ce monde de la vermine", mais pour être honnête, c'est d'un ridicule affligeant. Ces trois-là sont peut-être de la vermine, mais tu ne vaux guère mieux hélas. Il suffit de regarder dans quel état tu es après si peu de temps… Dommage, les mers vont perdre un sabreur d'exception…
- Va au diable chien du Gouvernement !

Holy n'était pas idiot au point d'ignorer ce qu'avait en tête le numéro deux du Gouvernement. Ce dernier fit sortir des chaînes noires du sol et elles enlacèrent le sabreur qui ne put même pas répliquer. Le spectacle auquel assistaient les pirates était terrifiant. L'adversaire qui les dominait depuis le début… venait de se faire avoir comme un cafard qu'on écrase par Jericko. Les chaînes noires avaient vidées Holy des dernières forces qui lui restait, ne laissant qu'un cadavre sur le sol. L'Agent se retourna alors vers les trois pirates avec un large sourire, limite flippant tellement il était chaleureux et joyeux. Il les salua avec son chapeau et avant de partir il prononça quelques mots.

- N'allez pas croire que j'en ai terminé avec vous. Je vous conseille de vous cacher dans un coin et d'y rester, car je crains fort que le Sergent Holy se trompait sur votre compte…

Les paroles de l'Agent étaient glaciales et sur ces derniers mots, il disparut. Il venait, à lui tout seul, de mettre hors d'état de nuire tout un équipage de corsaires redouté. Dans quel but ? Impossible de dire ce qui se trame dans la tête de Jericko. Les pirates ont la vie sauve et personne ne sait encore pour quelle raison. Il est clair que tout ceci fait partie d'un vaste plan… mais lequel.


Note : L'Admin en charge de l'évent étant absent pour le moment, cette partie de l'évent est donc conclue un peu "brutalement". Pas de panique néanmoins, au niveau de la notation cela sera prit en compte. Félicitation à vous d'avoir tenu malgré tout (absences and co').

Ordre de Passage : Indy Fawn - Pinocchio - Lobos
Note : Délais fixé à 48H - Deux absences non justifiés et c'est l'exclusion de l'évent -
Revenir en haut Aller en bas
Davy Jones
Maître du Jeu
avatar
Messages : 67
Date d'inscription : 12/07/2013

Feuille de personnage
Puissance: 0
Niveau Réputation: 0
Berrys: 0

MessageSujet: Re: ○ La grâce du cygne, Premier Sergent Holy   Mer 7 Mai - 9:53

La dernière scène...
La bataille avait pris fin et Kobokana reprenait peu à peu son calme macabre. Le chaos et la souffrance avait peu à peu imprégné les lieux. Comme par le passé, ce lieu connut une bataille épique. En revanche, la fin est loin d'être la même. Les survivants, pirates pour la plupart, repartent tous en un seul morceau ou presque. On soigne les blessés et on rejoint le navire qui nous a trainés jusqu'à cet enfer, puis on repart pour de nouvelles aventures. Mais ce n'est pas tant la bataille, que l'issue des combats qui a marqué ces pirates. Tous en sont témoins, le Gouvernement a assassiné froidement et avec une facilité déconcertante, les corsaires présents. La totalité de l'équipage de Douseiaisha Taiyoo est tombé, non pas par la main des pirates, mais par celle de Jericko. Fin manipulateur et calculateur sans pitié, il mit en place ce plan machiavélique pour se débarrasser des gêneurs. Les pirates n'étaient que des jouets, rien de plus que de simples pions que l'on utilise à sa guise. Tandis que la plupart sont déjà sur les mers, au cœur de la ville, on assiste à une scène inhabituelle. Jericko est assis sur un vieux banc de pierre et il déguste une pomme. Une scène anodine et sans conséquences… en apparence seulement. Car la voix de l'agent s'élève dans le calme glacial de la ville. Il sourit et semble amusé.

- Allons, ne reste pas dans l'ombre Onigaïa… le spectacle était-il à ton goût ?

Dans l'ombre d'une ruelle, une imposante silhouette à l'allure non-humaine est présente. Ses yeux rouges brillent dans la nuit et il semble être un simple spectateur. Jusque-là, il ne s'était pas montré, ni aux yeux des pirates, ni à ceux des corsaires. Malgré ça, l'Agent du Gouvernement semble bien le connaitre, puisqu'il l'a appelé par son prénom. L'étrange créature sort alors de l'ombre pour apparaitre à la lumière de la lune. Il arbore un long manteau blanc, semblable à celui de la marine, mais l'emblème dans le dos diffère de ce dernier. Il s'agit de deux haches en croix, surplombé d'une épée. C'est emblème est très peu connu, que ça soit sur les Blues ou sur Grand Line. En revanche, sur le Nouveau Monde, même les empereurs le connaissent. Alors qui est cette étrange créature qui fait face à Jericko avec un large sourire. Il ne reste pas longtemps, il tourne le dos à l'Agent et se met en marche. Après quelques pas, il se retourne et répond enfin à son interlocuteur.


- Je n'aime pas les mélodrames personnellement, je trouve que tu en fais beaucoup trop… J'aurais opté pour un message plus fort, en empalant ces vermines de pirates sur les quais de Marinford par exemple.
- Allons, ne soit si négatif… après tout, tu es officiellement un Capitaine Corsaire.
- Votre intelligence, aussi grande soit-elle, sera votre perte mon ami… j'imagine que les autres arriveront bientôt…

Jericko esquisse un large sourire, presque normal, mais encore plus flippant que d'habitude. Onigaïa soupir longuement et repart simplement. Il se retourne, mais l'Agent a déjà disparu. Il esquisse à son tour un sourire, avant de reprendre sa marche. Impossible de dire ce que prépare le Gouvernement, mais cela n'annonce rien de bon. Il semblerait que des changements soient mis en place sous peu et cela peut devenir assez inquiétant. L'avenir s'annonce plus sombre que jamais et cela semble si facile pour Jericko de jouer avec la vie des gens…



Note : C'est donc avec cette scène apparition que se conclue la Bataille de Kobakana. D'ici peu de temps, vous en saurez plus et tout deviendra plus clair. Sachez simplement que quelques changements vont faire leur apparition. La suite de cet évent arrivera, je l'espère, bientôt, donc surveillez les news, car ça risque de bouger !
Ordre de Passage : //
Note : //
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: ○ La grâce du cygne, Premier Sergent Holy   

Revenir en haut Aller en bas
 

○ La grâce du cygne, Premier Sergent Holy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Récit du premier voyage de Sa Majesté en Araucanie
» Haiti-Premier ministre :Il s'appelle Ericq Pierre !
» Le premier ministre Michèle Pierre-Louis au mini-sommet économique de Punta Cana
» Le discours du premier ministre J E Alexis
» Le Premier ministre en voyage de santé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: La Taverne du Flood :: Event - Kobokana-